•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas de pénurie d’enseignants en vue du retour en classe en Abitibi-Témiscamingue

Un enfant dans une salle de classe lève le bras en tenant un crayon dans sa main.

Il semble que les commissions scolaires de la région ont suffisamment d'enseignants pour assurer le retour en classe le 11 mai. (archives)

Photo : iStock

Le retour en classe des élèves du primaire doit se faire dès lundi prochain et dans trois des cinq commissions scolaires de la région, le pourcentage d’élèves qui seront de retour dépassent la barre du 50 %. Malgré tout, les membres du personnel seront suffisamment nombreux pour répondre à la demande, assure-t-on.

Les commissions scolaires de Rouyn-Noranda, du Témiscamingue ainsi que celle de la MRC d’Abitibi ont toutes confirmé mardi qu’aucune pénurie d’enseignants ne se profilait dans leur secteur.

Nous allons avoir 80 % du personnel de nos écoles primaires contre 56 % de nos élèves, assure la secrétaire générale de la Commission scolaire Harricana, Johanne Godbout.

À Rouyn-Noranda, un peu moins de 60 % des élèves devraient être au rendez-vous et même si la deuxième rentrée de l’année 2019-2020 est une « tâche colossale », selon le directeur général de la CSRN, Yves Bédard, son organisation sera prête.

Les matières de base, c’est-à-dire les mathématiques, le français, univers social et les sciences seront enseignées, le reste ne le sera pas, donc les spécialistes pourront donner un coup de pouce ainsi que certains enseignants du secondaire, mentionne-t-il.

Il faut penser et réfléchir pour respecter les consignes de la santé publique, l’enjeu, il est là, ajoute-t-il, un constat résolument partagé par son homologue de la commission scolaire du Lac-Témiscamingue.

Il faut savoir qu’il n’y a pas de risque zéro, il y a toujours un risque.

Une citation de :Éric Larivière, directeur général de la CSLT

Nous mettons tout en oeuvre au niveau sanitaire, tant au niveau du personnel que des élèves. Dès l'annonce de la reprise, nous avons fait des achats de masques réutilisables ou jetables. Nous avons également acheté des visières pour différents types d’interventions, notamment avec des classes spéciales, souligne Éric Larivière, dont la commission scolaire a des écoles où le taux de retour en classe oscille entre 50 et 80 %.

Une collaboration exemplaire

Que ce soit au Témiscamingue, à Rouyn-Noranda ou encore dans la MRC d’Abitibi, les membres des directions qui nous ont accordé une entrevue ont tous été unanimes en termes de reconnaissance envers leur personnel.

Depuis le début de la pandémie, je l’ai dit souvent et je le répète, mais la collaboration du personnel, peu importe qui, tout le monde comprend la situation et met l’épaule à la roue, mentionne Yves Bédard, qui résume bien la pensée de la Commission scolaire Harricana ainsi que celle du Lac-Témiscamingue.

Le syndicat satisfait

Les représentants du Syndicat de l'enseignement de l'Ungava et de l'Abitibi-Témiscamingue (SEUAT) affirment être aux aguets. Des inquiétudes persistent, mais des signaux démontrent que les ajustements se passent relativement bien sur le terrain, soutient le SEUAT.

La Commission scolaire de l’Or-et-des-Bois mentionne qu’un portrait plus précis de son plan de retour en classe sera publié plus tard cette semaine, alors que la Commission scolaire du Lac-Abitibi n’a pas répondu à notre demande d’entrevue.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !