•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Non, Bill Gates n’a pas refusé de faire vacciner ses propres enfants

Microsoft n'a pas non plus breveté une puce sous-cutanée servant à miner de la cryptomonnaie.

Bill Gates tient un flacon de vaccin lors d'une conférence de presse.

Bill Gates tient un flacon de vaccin lors d'une conférence de presse.

Photo : afp via getty images / BEN STANSALL

L’une des affirmations qui reviennent le plus souvent dans des commentaires ou des articles anti-vaccin au sujet de Bill Gates est que le cofondateur de Microsoft a refusé de faire vacciner ses propres enfants. Or, il s’agit d’une rumeur non fondée qui se répand maintenant plus que jamais, le milliardaire étant devenu la cible principale de théories complotistes en ce temps de pandémie.

L’idée est apparue pour la première fois dans un article de Your News Wire en 2018 et a été démentie plusieurs fois. Selon une enquête de BuzzFeed News (Nouvelle fenêtre), Your News Wire était la deuxième source en importance de fausses nouvelles populaires sur Facebook en 2017. Le site était aussi la source de la fausse affirmation voulant que Bill Gates investisse dans la vaccination dans le but de dépeupler le monde, que nous avons démentie à la fin avril.

Un article intitulé L'ancien médecin de Bill Gates dit que le milliardaire a refusé de faire vacciner ses enfants. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Cette fausse nouvelle du site Your News Wire est à l'origine de la rumeur voulant que Bill Gates refuse de faire vacciner ses enfants. La capture d'écran a été faite sur une version archivée du site.

Photo : Capture d'écran

Le texte en question débute par : Le médecin privé de Bill Gates lorsqu’il résidait à Seattle dans les années 1990 dit que le fondateur de Microsoft et adepte des vaccins "a refusé de vacciner ses propres enfants" lorsqu’ils étaient jeunes. Il aurait fait ces révélations lors d’un symposium médical à huis clos à Seattle, poursuit-on.

Le hic, c’est que le médecin n’est jamais identifié par son nom et rien ne nous permet de vérifier la véracité de son témoignage. Aucun détail concernant le médecin ou l’événement auquel il aurait participé n’est fourni.

Toutefois, l’article dit que ses révélations ont causé un émoi chez les médecins de son symposium. Or, ni nous ni l’agence Reuters (Nouvelle fenêtre) n’avons été en mesure de trouver quelconque article d’un média fiable à ce sujet, alors qu’il aurait de toute vraisemblance fait l’objet d’une couverture médiatique, à l’époque.

Mais au-delà de tout cela, le rédacteur en chef de News Punch – le site qu’est devenu Your News Wire après avoir changé de nom en novembre 2018 – avoue lui-même que les informations véhiculées dans l’article sont fausses.

Cet article était publié sur notre ancien domaine – YourNewsWire.com – et a été retiré de notre nouveau site web – NewsPunch.com – il y a un bon moment. Il ne correspond pas aux normes éditoriales de News Punch et nous ne soutenons pas les affirmations faites dans l’article, explique Sean Adl-Tabatabai dans un courriel.

Le logo du site News Punch.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Anciennement connu sous le nom de Your News Wire, News Punch est un site connu de fausses nouvelles.

Photo : Capture d'écran

Le texte en question n’existe effectivement plus, mais cela n’empêche pas ses propos d’être repris et propagés partout sur le web.

Notons également que malgré les « normes éditoriales » mentionnées par son rédacteur, News Punch publie encore régulièrement des fausses nouvelles et Your News Wire partage encore des fausses nouvelles sur sa page Twitter, qui compte plus de 28 000 abonnées.

Melinda Gates, femme du milliardaire, a d’ailleurs affirmé dans une publication Facebook en avril 2019 que ses trois enfants étaient vaccinés. Elle partageait alors un article traitant des flambées de rougeole qu’il y a eu aux États-Unis l’an dernier en raison du nombre grandissant de parents qui refusent de faire vacciner leurs enfants.

Capture d'écran d'une publication Facebook de Melinda Gates. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Melinda Gates affirme que ses trois enfants sont vaccinés.

Photo : Capture d'écran – Facebook / Melinda Gates

Le brevet 060606

Nous avons déjà couvert diverses facettes de la théorie complotiste selon laquelle Bill Gates finance des recherches pour des vaccins contre la COVID-19 dans le but d’y intégrer une puce qui pisterait ou contrôlerait les gens, mais l’une de celles-ci nous a échappé : le « brevet 060606 ».

Ce brevet de Microsoft (Nouvelle fenêtre), dont le numéro de dépôt complet est en fait WO2020060606A1, est pour un système de minage de cryptomonnaie qui se sert de données d'activité corporelle. Miner une cryptomonnaie consiste à se servir de la puissance d’un appareil comme un ordinateur pour créer de la nouvelle monnaie en échange d’une récompense monétaire.

Bel et bien réel, le brevet a été soumis par Microsoft le 20 juin 2019 et publié le 26 mars 2020. Mais il est faussement associé à Bill Gates et à la théorie du complot de la micropuce depuis avril.

Elle s’est énormément répandue quand le créateur du logiciel d’antivirus McAfee, John McAfee, a affirmé sur Twitter que les mineurs mentionnés dans le brevet sont des êtres humains micropucés. Il a partagé une vidéo complotiste sur le sujet qui a maintenant cumulé plus de 96 000 visionnements. Je ne plaisante pas, a-t-il dit à la fin de cette publication qui a obtenu plus de 7400 mentions « J’aime ».

Capture d'écran d'un tweet de John McAfee.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le fondateur du logiciel d’antivirus McAfee, John McAfee, a fait circuler la fausse affirmation que Microsoft a breveté une puce cutanée servant à miner des cryptomonnaies.

Photo : @officialmcafee / Twitter

C’est faux. Il n’est indiqué nulle part dans le document que l’activité corporelle qui servirait à miner des cryptomonnaies serait enregistrée à l’aide d’une puce sous-cutanée ou de quelconque dispositif qui serait implanté dans le corps d’un être humain.

Le document prouve même le contraire : comme nous pouvons le voir sur cette illustration, l’utilisateur, le capteur d’activité corporelle (sensor) et l’appareil de l'utilisateur (user device) sont trois entités distinctes. De plus, le capteur et l’appareil de l’utilisateur communiquent entre eux.

Un schéma du brevet de système de cryptomonnaie utilisant des données d'activité corporelle. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Ce schéma explique comment fonctionne le système de cryptomonnaie breveté par Microsoft.

Photo : Microsoft

L’appareil de l’utilisateur 130 inclut tout appareil capable de traiter et stocker des données/de l’information et de communiquer avec le réseau 120. [Cela] pourrait inclure des ordinateurs personnels, des téléphones cellulaires, des tablettes, des ordinateurs portables ou des appareils intelligents (par exemple, des montres intelligentes ou des télévisions), peut-on y lire.

Cela veut donc dire que le capteur serait implanté dans l’appareil d’une personne, et non dans une personne, pour mesurer l’activité corporelle. Il est également expliqué plus loin dans le document que le capteur peut être un appareil à part entière.

Le nom de Bill Gates n’apparaît d’ailleurs nulle part dans le document. Rappelons qu’il est parti de Microsoft en 2008 et qu'il se consacre presque exclusivement à la philanthropie depuis son départ. Il a toutefois dirigé le conseil d’administration jusqu’en 2014 et en est resté membre jusqu’à sa démission, le 13 mars dernier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Fausses nouvelles

Société