•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Contravention salée pour un couple d’aînés de Drummondville

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Monique Champagne et Laurent Lessard, à l'extérieur, se tiennent à bonne distance.

Monique Champagne et Laurent Lessard ont en main leurs contraventions de 1546 $ pour rassemblement illégal.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Dumas

Radio-Canada

Deux octogénaires de Drummondville affirment avoir été traumatisés à la suite d'une intervention des policiers de la Sûreté du Québec (QC) à la résidence de l'un d'eux samedi dernier. Le couple était accusé de rassemblement illégal.

Monique Champagne, 81 ans, est en couple avec Laurent Lessard, 87 ans, depuis plus d’une vingtaine d’années. Ils vivent chacun dans leur domicile respectif. La fin de semaine dernière, alors qu’ils se rendaient visite, ils ont chacun reçu une contravention de 1546 $.

Je me suis dit : “Qu’est-ce que c’est que ça? La police?” Ils sont arrivés par la porte d’en arrière. Ils n’avaient pas de masques.

Monique Champagne, 81 ans

Ils m’ont dit qu’ils avaient eu un appel qui [disait] qu’il y avait un rassemblement ici. Je leur ai dit que c’est mon copain depuis 20 ans. Ils lui ont dit que s’ils le revoyaient [chez moi], il aurait payé le double, poursuit-elle.

Selon les policiers, Mme Champagne et M. Lessard ont refusé d'obéir à l'ordre de ne pas se rassembler à l'intérieur ou à l'extérieur.

Des contraventions abusives

Monique Champagne déplore l'attitude des policiers et qualifie ces contraventions d'abusives.

Les deux Drummondvillois assurent qu'ils contesteront leurs contraventions.

De son côté, le maire Yves Grondin croit qu'il faut garder en tête que de nombreux aînés souffrent de solitude.

Là, on parle beaucoup des gens en CHSLD, mais [ils ne représentent] pas 20 % de la population. Il y a donc 80 % des gens qui vivent seuls, qui ont peu de réseaux et qui se demandent comment ils vont vivre les prochains mois, certains pensent même pour les prochaines années, souligne-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !