•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les sept caribous de Val-d’Or ont été placés en enclos

Caribou forestier dans une forêt québécoise.

Caribou forestier dans une forêt québécoise (archives)

Photo : Courtoisie Bureau du forestier en chef

Le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) confirme avoir procédé à la mise en enclos de sept caribous du troupeau de Val-d’Or, les 25 et 27 mars dernier.

Cette opération était du nombre des mesures exceptionnelles annoncées en février par le ministre Pierre Dufour.

Les caribous inventoriés par le MFFP se trouvent aujourd’hui dans un enclos d’une superficie de 1,8 hectare, situé à proximité du lac Sabourin, à 15 km de Val-d’Or. Cet enclos avait déjà servi en 2014 et 2015 pour abriter des femelles gestantes et il a été remis en état.

Une dizaine de techniciens, biologistes et vétérinaires ont participé à l’opération, explique Daniel Spalding, directeur régional en gestion de la faune pour la région Abitibi-Témiscamingue. Les bêtes ont été localisées en hélicoptère et attrapées avec des lance-filet, puis transportées via les airs près de l’enclos.

Notre équipe était formée d’employés d’expérience et tout s’est très bien déroulé, affirme M. Spalding. Nos médecins vétérinaires étaient sur place pour prendre les principaux signes vitaux, et les premiers constats étaient que les caribous étaient en bonne santé et qu’ils n’avaient pas subi de blessure apparente durant l’opération.

Cinq caribous ont été capturés le 25 mars et les deux autres le 27. Il s’agit de trois mâles, trois femelles et un faon. Il est trop tôt pour savoir si l’une ou l’autre des femelles est gestante.

On a fait une tournée des alentours pour voir si on pouvait apercevoir d’autres bêtes, mais en vain. Il est possible qu’il y en ait d’autres ailleurs, mais on ne le sait pas, précise le directeur de régional.

Alimentation

Maintenant que les caribous sont protégés de leurs prédateurs, le ministère assure effectuer un suivi rigoureux de leurs conditions de vie en captivité. Un gardien est sur place tous les jours pour observer le comportement des bêtes et les biologistes s’y déplacent trois fois par semaine.

Le ministère et ses partenaires ont assuré l’alimentation en lichen des caribous et ils y ont ensuite intégré une moulée adaptée à cette espèce.

L’alimentation ne nous soulève aucune inquiétude. Nos observations nous démontrent aussi que les bêtes apparaissent en bonne santé. Les caribous bougent bien et ils se présentent aux mangeoires. On n’a pas d’inquiétudes quant au confort des bêtes dans l’enclos.

Daniel Spalding, directeur régional en gestion de la faune

Le ministère entend continuer l’observation du troupeau et travaille à la possibilité de doter les caribous d’un enclos de plus grande dimension cet été.

Le moratoire sur les coupes forestières se poursuit aussi dans l’habitat faunique du caribou de Val-d’Or. Selon le plan annoncé en février, le ministère doit réaliser d’ici l’automne une évaluation des différentes options, afin de fournir des solutions envisageables pour les hardes de caribous de Val-d’Or, de Charlevoix et de la Gaspésie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !