•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Enbridge en renfort des pétrolières à court de stockage

Chargement de l’image

Enbridge a conclu un accord avec des pétrolières pour entreposer temporairement leur pétrole brut.

Photo : Associated Press / Jim Mone

Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L’entreprise canadienne Enbridge, qui dispose du plus grand réseau d’oléoduc en Amérique du Nord, a conclu un accord avec des pétrolières pour entreposer temporairement leur pétrole brut à compter du mois de juin.

Avec l'effondrement de la demande mondiale en pétrole, les pétrolières peinent depuis le début de la pandémie de la COVID-19 à trouver des acheteurs. Par conséquent, les entreprises préfèrent entreposer leur pétrole temporairement plutôt que de le vendre à des prix dérisoires. 

Cependant, trouver l’espace pour le stocker se révèle un défi de taille qui a par ailleurs contribué à la chute des prix du baril canadiens et américains sous la barre de 0 $ US à la fin du mois d’avril

Pour aider l'industrie, Enbridge a donc annoncé lundi qu’elle permettrait à des entreprises d’entreposer leur pétrole dans ses pipelines dès le mois prochain.

À cause des effets de la pandémie et de l’effondrement des prix du pétrole brut, la demande en stockage partout en Amérique du Nord est élevée et urgente dans l'ouest du Canada, dit son communiqué.

L’entreprise offrira un espace permettant de stocker 900 000 barils pendant huit mois, soit l’équivalent de quatre réservoirs de taille standard.

Une porte-parole d'Enbridge, Tracie Kenyon, écrit dans un courriel envoyé à Radio-Canada que l'entreprise ne dévoilera pas le nom des pétrolières qui profiteront de cette aide en raison des sensibilités du marché.

Enbridge précise qu’elle utilisera une partie plus âgée de la Ligne 3, située au Canada, dont la canalisation doit être mise hors service l’an prochain.

Par ailleurs, Enbridge dit travailler avec les gouvernements provincial et fédéral pour trouver d’autres solutions de stockage.

Mainline, le réseau d’oléoduc d’Enbridge, peut acheminer chaque jour près de 3 millions de barils de pétrole du Canada vers les raffineries américaines. 

Un stockage insuffisant

Selon le site du gouvernement de l'Alberta, la production dans la province pour le mois de juin pourrait atteindre 2,8  millions de barils par jour. L'offre d'Enbridge pour entreposer 900 000 barils représente donc une faible quantité par rapport à la production totale, selon Joseph Doucet, le doyen de la faculté d'administration de l'Université de l'Alberta.

C'est certainement utile, ça va trouver preneur sur le marché, mais ce n'est pas un volume important, explique M. Doucet.

Ce dernier ajoute qu'un manque d'espace dans les cuves au cours des prochaines semaines obligera forcément des pétrolières à réduire davantage leur production ou, dans certains cas, à l'arrêter complètement. Par ailleurs, dit-il, c'est la première fois que des pipelines sont utilisés comme moyen de stockage sur le marché canadien.

Un geste salué

Le gouvernement de l'Alberta considère que toute capacité de stockage supplémentaire est la bienvenue au pays.

L'industrie énergétique de l'Alberta fait face à une situation sans précédent avec la baisse de la demande causée par la pandémie de la COVID-19 et des surplus de pétrole que la guerre des prix entre l'Arabie saoudite et la Russie a engendrée, écrit par courriel Kavi Bal, l'attaché de presse de la ministre de l'Énergie.

Il rappelle que les producteurs albertains ont déjà dû réduire leur production de manière volontaire. Le gouvernement écrit qu'il surveille de près les besoins en stockage.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !