•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le MTQ relance le projet de réfection du pont Pie-IX

Le coût du chantier est estimé à plus de 100 millions de dollars.

Les piliers sur lesquels est construit le pont Pie-IX.

Le pont Pie-IX, une infrastructure de plus de 50 ans, montre des signes d'usure, selon le MTQ.

Photo : Radio-Canada

Après avoir suspendu pendant huit mois le début des travaux de réfection majeure du pont Pie-IX, le ministère des Transports du Québec (MTQ) obtient le feu vert du Protecteur du citoyen.

Ce dernier a examiné la plainte d’un lanceur d’alerte et en a conclu que le projet est sécuritaire.

À la fin de l’été 2019, un lanceur d’alerte semait l’émoi au sein du MTQ. On s’apprêtait à la réfection du pont Pie-IX, un chantier de plus de 100 millions de dollars pour une infrastructure de plus de 50 ans qui montrait des signes d'usure.

Comme l’indiquait alors le dossier au MTQ, le pont (...) requiert une intervention majeure en vue de remplacer les dalles en béton qui ont atteint la fin de leur vie utile ainsi que les poutres d’acier, dont les propriétés ne respectent pas les normes actuelles. Sans compter l’élargissement du tablier afin d’accueillir notamment les autobus du futur Service rapide par bus (SRB) Pie-IX. Un projet attendu depuis longtemps.

Dans une déclaration sommaire du 20 septembre, le MTQ indiquait reporter les travaux et offrir son entière collaboration au Protecteur du citoyen. Ce dernier reçoit les divulgations de quiconque pouvant démontrer qu’un acte répréhensible a été commis ou est sur le point de l’être à l’égard d’un organisme public.

Or, dans une communication récente au lanceur d’alerte obtenue par Radio-Canada, l’enquêtrice au dossier au Protecteur du citoyen écrit : Lors de votre divulgation, vous nous avez expliqué que selon la conception actuelle de la réfection du pont Pie-IX, l’élargissement du tablier causerait une surcharge de la structure pour la capacité des fondations âgées de 50 ans. Cela engendrerait un problème de sécurité majeur pouvant mettre en danger la sécurité du public.

Il est vrai que le Code canadien sur le calcul des ponts routiers (CSA S6-14) affiche des normes sismiques, qui dans le pire des cas, prévoient qu’un pont ne doit pas s’effondrer. Des séismes cependant d’une intensité bien supérieure à ceux ressentis dans la région de Montréal ces derniers mois et qui ne surviennent que très rarement.

Dans le cadre de notre analyse, écrit l’enquêtrice (...) le Protecteur a également fait appel à des ingénieurs experts indépendants afin de l’accompagner dans ses démarches. Au terme de son enquête, le Protecteur du citoyen ainsi que les ingénieurs experts indépendants sont d’avis que le projet de réfection majeur du pont Pie-IX est sécuritaire notamment en raison des dernières études effectuées soit par le concepteur, soit par le ministère. Il est toutefois important de mentionner que ni le Protecteur du citoyen ni les ingénieurs experts indépendants n’ont repris les calculs effectués par le concepteur.

Au MTQ, le porte-parole Gilles Payer nous écrit qu’au terme d’une enquête, le Protecteur du citoyen a conclu que le ministère et le concepteur ont toutes les informations en main leur permettant de s'assurer de la sécurité du projet de réfection majeure (...) que le projet de réfection ne présentait pas un danger pour la sécurité du public.

À l’Association professionnelle des ingénieurs du gouvernement du Québec, le président Marc-André Martin estime que la divulgation aura permis de conclure que le nouveau pont était sécuritaire. Ça aura pris plus de six mois à des experts indépendants pour revoir le tout. Son rôle au lanceur d’alerte a été majeur.

Plusieurs inconnues

Ce nouveau développement permet au MTQ de relancer le projet.Cette conclusion permet au ministère d’aller de l’avant et de préparer les prochaines étapes de planification du projet, écrit le porte-parole. Le Ministère met tout en œuvre afin de diminuer les incidences de ces délais sur le projet et ses partenaires, tout en s’assurant d’une saine gestion des fonds publics. Le ministère ne peut se prononcer à l’heure actuelle sur une date potentielle de début des travaux, puisqu’il doit revoir sa planification en fonction des délais encourus. Il est en ce moment impossible de confirmer si l’entrepreneur qui avait déposé la plus basse soumission réalisera les travaux. Cela fait partie du processus de révision de la planification. À ce moment-ci, il est également impossible d’évaluer si ce retard aura des répercussions sur le coût des travaux.

Joint il y a quelques jours, la directrice des communications, du marketing et du développement des affaires chez Roxboro Excavation, Fleur Billion-Rey, disait ne pas avoir de nouvelles du MTQ. Nous n’avons pas d’information si la suspension des travaux est levée. À la suite d’un appel d’offres, Roxboro Excavation avait décroché le contrat.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !