•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Incertitude sur la reprise de l’aide alimentaire dans les écoles primaires

Une classe d'école vide.

Environ 5600 élèves du primaire de la Commission scolaire de Montréal bénéficient de l'aide alimentaire chaque jour.

Photo : Getty Images / Martine Doucet

Radio-Canada

Le ministre de l’Éducation a assuré vendredi que l’aide alimentaire serait de retour en même temps que les élèves dans les écoles primaires du Québec. Pourtant, plusieurs établissements scolaires de Montréal ne prévoient pas offrir ce service, du moins pour l'instant.

Il y a plusieurs familles qui retourneront leurs enfants à l’école, donc l’aide alimentaire va retourner aux écoles, avait affirmé vendredi le ministre Jean-François Roberge au micro de l'émission Le 15-18.

Or, à Montréal, plusieurs écoles ont envoyé une lettre aux parents pour leur indiquer que, pour l'instant, il n'y aurait pas de mesures alimentaires offertes au moment de la réouverture, le 19 mai.

Le service auquel les directions d'établissement font référence, c'est celui du repas chaud du midi offert à un dollar. Quelque 5600 élèves du primaire s'en prévalent quotidiennement sur le territoire de la Commission scolaire de Montréal seulement.

Dans un courriel, la Commission scolaire de la Pointe-de-l'Île a décliné une demande d'entrevue, mais a quand même tenté de justifier les raisons de cette décision sur son territoire. La logistique nécessaire pour respecter la distanciation sociale (entre autres pour le transport scolaire) ainsi que les mesures d’hygiène sont particulièrement complexes.

Ces défis exacerbent également des enjeux auxquels nos établissements étaient déjà confrontés, soit le manque de locaux et la pénurie d’enseignants. Tous nos efforts sont orientés vers la gestion de cette situation délicate, a-t-on ajouté.

D'autres commissions scolaires ont été sollicitées, mais n'ont pas répondu.

L'Association montréalaise des directions d'établissement scolaire (AMDES) a quant à elle confirmé que les cantines vont demeurer fermées et que les livraisons de repas par des organismes d'aide alimentaire dans les quartiers défavorisés ne reprendront pas.

Peut-être qu'un peu plus tard dans la réouverture, ou à l'automne, on y pensera, a fait savoir la présidente de l'Association, Hélène Bourdages.

Pour le moment, pour éviter la manipulation de la nourriture, des cabarets, des ustensiles, c'est demandé que les parents offrent un lunch à leurs enfants. Et je parle de lunch, il ne faut pas penser qu'il y aura des micro-ondes dans chaque classe, j'imagine facilement que les circuits électriques ne tiendront pas le coup.

Ce sont des organismes d'aide alimentaire qui fournissent aux écoles les repas pour les élèves dans le besoin. Certaines écoles reçoivent des barquettes individuelles, d'autres reçoivent des repas préparés en vrac qui doivent être séparés en portions.

À l'École Charles-Lemoyne, dans Pointe-Saint-Charles, c'est le personnel de l'organisme Le garde-manger pour tous qui vient cuisiner sur place. Selon le directeur Stéphane Abran, il se pourrait que le service reprenne, malgré la lettre envoyée aux parents.

Avec les informations de René Saint-Louis

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !