•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Commerces et espaces verts sont ouverts : les Winnipégois entre inquiétude et excitation

Une femme pose avec ses trois enfants de 2, 4 et 6 ans, dans un parc municipal.

Kimberley Steuber et sa famille ont profité d'une première sortie au parc depuis un bon moment lundi, tout en restant vigilants.

Photo : Radio-Canada / Jill Coubrough

Radio-Canada

Boutiques de vêtements, bijouteries ou libraires, c’est aujourd’hui que les commerces de détail peuvent ouvrir leurs portes au public après six semaines de fermeture. Dans les centres commerciaux et les salons de coiffure, comme dans les golfs et les parcs, si les Winnipégois étaient au rendez-vous, ce n’étaient toutefois pas sans une certaine appréhension.

Plus de 30 commerces ont ouvert leurs portes lundi au centre commercial Polo Park, qui indique avoir mis en place les mesures exigées par la province : on nettoie davantage, du désinfectant pour les mains est accessible à travers le centre, une signalisation au sol règle la circulation, et des commerces organisent un espace pour les clients qui viennent chercher leur commande à emporter.

Ce scénario se répète dans le centre commercial Saint-Vital, où Jason Czmola est passé pour voir ce qui était ouvert.

Un homme portant des lunettes de soleil et un chandail bleu clair.

En attendant l'arrivée de son masque, Jason Czmola a porté des gants pour aller au centre commercial de Saint-Vital, à Winnipeg.

Photo : Radio-Canada

La grande majorité des magasins sont encore fermés, constate-t-il. Ils doivent tout nettoyer. Tout le monde pense : “Ah! les centres commerciaux sont ouverts!” Mais, de façon réaliste, il faut se dire qu’on est encore en pleine pandémie, dit-il.

Si Jason Czmola est sorti ce matin, il ne se sent cependant pas du tout en sécurité. Je ne porte pas de masque, mais j’en ai commandé pour ma famille. À Costco, il faut porter des masques. Je m’attends à ce que le reste des magasins fassent de même.

Le gouvernement du Manitoba a annoncé la semaine dernière qu’il rouvrait l’économie de façon prudente et graduelle à compter du 4 mai. Les commerces et les entreprises doivent respecter des conditions strictes pour accueillir leur clientèle. Tous les clients ne sont pas rassurés pour autant.

Je me sens à l’aise dans certains magasins, mais dans d’autres, non, indique Cathy Howes, une cliente du Dollarama du village Osborne. Certains laissent entrer trop de gens, et les gens ne se donnent pas assez d’espace. Je préfère les magasins où il y a des décalcomanies au sol et où on voit le personnel tout nettoyer.

Quelques personnes circulent dans le centre commercial, surveillées par un agent de sécurité portant un masque de protection. Des autocollants par terre indiquent aux clients dans quelle direction circuler.

Les clients du centre commercial Polo Park à Winnipeg doivent maintenir l'éloignement physique quand ils vont magasiner.

Photo : Radio-Canada

Elle s’interroge sur l’empressement de la province à entamer le déconfinement.Nous, nous appuyons les restaurants locaux en y commandant de la nourriture à emporter, explique-t-elle, mais nous ne voulons pas y rester pour manger. Je pense que c’est un peu trop tôt pour commencer le déconfinement. On veut que la courbe reste plate, non?

Rencontrée dans une animalerie, Sarah Broadfoot est elle aussi mécontente de la décision du gouvernement provincial de tout rouvrir.

Des voitures occupent presque tous les espaces de stationnement du centre commercial.

Le stationnement du centre commercial Crossroads Station dans le quartier de Transcona était occupé, lundi matin.

Photo : Radio-Canada / Dana Hatherly

Est-il nécessaire se demande-t-elle, de rouvrir terrasses et salons de beauté, des commerces qu'elle juge non nécessaires? Je comprends que les gens doivent retourner au travail, mais nous vivons un moment sans précédent. On met trop l’accent sur l’argent, pas assez sur la santé et la sécurité des gens, dit-elle.

Le Manitoba figure parmi les provinces canadiennes qui comptent le moins de cas de COVID-19. Lundi, la province dénombrait 37 cas actifs de la maladie. Si la province a réussi à aplatir la courbe, le médecin hygiéniste en chef, Brent Roussin, continue de mettre la population en garde contre le virus en parlant d’un combat qui n’est pas encore gagné. La vigilance, dit-il, reste de mise.

Une femme est assise à un poste de travail dans un salon de coiffure. Elle regarde la caméra. On devine son sourire derrière le masque qui couvre son nez, sa bouche et son menton.

Sandra Foehr, une cliente du salon de coiffure Essentique, à Winnipeg, était heureuse de pouvoir se faire couper les cheveux le 4 mai, jour où les coiffeurs pouvaient recommencer à travailler au Manitoba. Les clients et le personnel portaient le masque recommandé, entre autres mesures de protection.

Photo : Radio-Canada / Austin Grabish

Mais le beau temps attirera très bientôt le public à l’extérieur, dans les parcs et sur les terrasses. Certains se pressaient déjà sur celles des restaurants lundi en dépit des températures basses.

Un jeune homme est assis à une table à l'extérieur, et tient un verre de bière en souriant.

Le Winnipégois Glen Hampton était heureux de sortir et de prendre une bière à une terrasse de Winnipeg le 4 mai, en dépit du temps plutôt frais.

Photo : Radio-Canada / Austin Grabish

Dans Charleswood, la famille de Kimberley Steuber profitait de la réouverture du parc municipal du quartier lundi, les enfants s’en donnant à cœur joie dans la structure de jeu et le carré de sable.

Ça fait vraiment du bien, lance la mère de trois enfants âgés de 2, 4 et 6 ans. Mais elle reste prudente : Je rappelle aux enfants que les germes sont encore là et qu’il faut se laver les mains en rentrant à la maison, et ne pas se toucher le visage. Et nous avons du désinfectant pour les mains sur nous.

La golfeuse Alison Pagsuyuin se réjouit que les parcours de golf puissent ouvrir. J’ai hâte de jouer et je pense que le golf se prête facilement à la distanciation sociale. On garde toujours ses distances des autres, on n’est pas pressés, on peut laisser les autres passer devant nous, dit-elle.

Professionnel de golf au club Harbor View Michel Pilon estime aussi que la pratique de ce sport peut se faire en toute sécurité. Le parcours a déjà beaucoup de clients pour cette semaine et la prochaine fin de semaine. C’est vraiment beau de voir ça repartir. On n’a perdu que deux semaines, dans le fond. Je suis surpris que ça ait repris si vite.

Professionnelle de la santé, Elizabeth Vokey apprécie les efforts de la population du Manitoba et comprend qu’on ne peut pas être cloués à la maison à 100 % du temps.

Une femme portant des lunettes et un gilet rouge.

Elizabeth Vokey est heureuse que le Manitoba ait réussi à aplatir la courbe de la COVID-19.

Photo : Radio-Canada

En même temps, face à ce déconfinement rapide, elle a des craintes : On ne veut pas se retrouver en pleine crise, parce qu’on a quand même réussi à aplatir la courbe.

Il faut que la courbe reste plate. Il faut penser pas juste à sa propre santé, mais à la santé de tous, au Manitoba. Je suis fière du Manitoba. On a fait un bon travail.

Elizabeth Vokey

Pour que les chiffres restent bas, elle dit faire sa part et porter des gants et un masque dans les magasins. Pour pour me protéger, mais aussi pour protéger les autres. Il ne faut pas juste penser à soi.

Notre dossier COVID-19 : les services ouverts ou fermés dans votre région

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !