•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Quatre cinéastes du Canada sélectionnés pour un accélérateur de projets de Netflix

La femme pose en souriant avec son trophée.

Jasmin Mozaffari a remporté le prix de la meilleure réalisation aux prix Écrans canadiens en 2019 pour son film « Firecrackers ».

Photo : The Canadian Press / Chris Young

La Presse canadienne

Henri Pardo et Maxime Desmons font partie des premiers cinéastes sélectionnés pour l'initiative d'accélérateur de projets du Centre canadien du film et de Netflix.

Le programme annoncé en 2018, d'une durée de trois mois, offre du soutien sous la forme d'ateliers et de développement de projets aux créatrices et créateurs sélectionnés.

Quatre projets de longs métrages – deux en français et deux en anglais – ont été choisis parmi plus de 115 candidatures au Canada.

Le programme se déroulera de mai à août 2020 et sera personnalisé selon les besoins créatifs et d'affaires des cinéastes et de leur équipe.

Les personnes choisies bénéficieront d'une expertise en matière de création et de mise en marché, de même que de commentaires de la part des têtes dirigeantes de Netflix, entre autres.

Deux films en français, deux films en anglais

Les projets francophones choisis comptent Kanava, du scénariste et réalisateur Henri Pardo, au sujet d'un jeune garçon et de sa mère qui s'installent dans un village rural du Québec après avoir quitté Haïti au début des années 1970.

Le deuxième projet est T'es belle Maryse, du scénariste et réalisateur Maxime Demons, qui raconte l'histoire d'une jeune femme qui découvre que son mari décédé lui a transmis le VIH à l'apogée de l'épidémie du sida.

De son côté, la Torontoise Jasmin Mozaffari, qui avait impressionné les critiques avec son premier film, Firecrackers, au Festival international du film de Toronto en 2018, développera The Path Travels Me grâce à ce programme.

Jasmin Mozaffari scénarisera et réalisera ce film en anglais, décrit comme étant le portrait d'une famille immigrante iranienne vivant, travaillant et survivant dans l'Amérique du Nord post-11 septembre 2001.

L'autre film en anglais sélectionné est Runaways, de la scénariste et réalisatrice torontoise Rama Rau, qui suit quatre jeunes filles à Mumbai pendant qu'elles kidnappent leur grand-mère autoritaire et s'embarquent dans une escapade routière estivale.

Ce projet du Centre canadien du film et de Netflix s'inscrit dans une initiative plus large visant à cibler les créateurs, les créatrices ainsi que les communautés du Canada traditionnellement moins bien servis.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Cinéma

Arts