•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Réouverture progressive des commerces en Mauricie

Une femme regarde une ordinateur à la caisse d'un magasin .

Gabrielle-Andrée Tremblay, employée de la boutique Imaginaire au centre commercial Les Rivières, à Trois-Rivières, qui a rouvert ses portes lundi.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

C’est jour de réouverture de plusieurs boutiques dans la région. Si plusieurs se réjouissent de pouvoir retourner au travail, de nombreuses précautions sont mises de l'avant. À Trois-Rivières, certaines boutiques de sport ont dû composer avec de petites files de clients, mais pour l’instant, aucun débordement n’a été observé.

Les clients avaient, pour la plupart, besoin de chaussures. Plus facile pour eux de se déplacer en magasin que d'acheter en ligne. La majorité des clients rencontrés par Radio-Canada ne portaient pas de masque.

Seuls les commerces avec une entrée extérieure indépendante pouvaient rouvrir leurs portes. Cependant certains commerces ont décidé d'utiliser la porte arrière de leur entrepôt pour remettre des commandes faites en ligne.

Une femme dépose un bac de plastique dehors.

Sarah Tousignant, gérante de la boutique Imaginaire, dépose le paquet destiné à un client qui a commandé par téléphone ou en ligne.

Photo : Radio-Canada

Ça me fait du bien de recommencer à travailler.

Une citation de :Gabrielle-Andrée Tremblay, employée de la boutique Imaginaire

Au centre commercial Les Rivières, une demi-douzaine de boutiques offraient le service. Cela permet aux clients d'obtenir les articles plus rapidement et d'éviter des frais de livraison. C'est le cas de la boutique Imaginaire de Trois-Rivières où Gabrielle-Andrée Tremblay travaille.

On n’est pas nécessairement en contact avec les clients, explique Mme Tremblay. On ne leur donne pas leur commande avec les mains et on a nos produits pour se désinfecter les mains tout de suite après donc ce n’est pas quelque chose qui me fait peur en ce moment.

Madame Tremblay indique que jamais les casse-têtes n'ont été si populaires dans sa succursale.

Pour sa part, la boutique Cadeaux Chez Guy, une institution à Shawinigan a dû se réorganiser durant la fermeture. Le commerce fondé en 1952 a été la proie des flammes en juin 2018. Cette fois, la fermeture forcée de quelques semaines aura au moins permis d’améliorer le service de vente en ligne.

C’est intéressant de voir que les gens sont attirés vers les petits commerces, dit Johanne Prince, propriétaire de la boutique. Le défi c’est les fournisseurs, ils ont moins de choix. Il faut que la machine reparte.

À la librairie Poirier, il n’y a pas eu de file d’attente avant l’ouverture, mais un roulement régulier en avant-midi: des gens sont à la recherche d’un nouveau livre pour passer les prochains jours de confinement.

Il faut qu’on manipule tout à leur place, soutient Laurence Primeau. C’est un peu plate parce qu’ils perdent le contact avec le livre, le manipuler, le sentir comme ils aiment faire habituellement.

Avec les informations de Maude Montembeault et de Jonathan Roberge

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !