•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec pourra fournir des masques aux enseignants

« La santé publique ne pense pas que c’est nécessaire, mais ça ne peut pas nuire », dit le premier ministre.

M. Legault et Mme McCann en conférence de presse.

Pour l'instant, le premier ministre Legault maintient le cap sur une réouverture graduelle des écoles à compter de lundi prochain.

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Le gouvernement Legault posera un geste pour apaiser les inquiétudes du personnel en vue du retour en classe dans les écoles primaires du Québec.

Contrairement à ce qu'affirmait le ministre Jean-François Roberge la semaine dernière, le gouvernement pourra fournir des masques aux enseignants qui le désirent, a fait savoir le directeur national de santé publique, Horacio Arruda, lundi après-midi, lors de la conférence de presse quotidienne des autorités.

Les discussions qu'on a actuellement semblent dire que, effectivement, le ministère de l'Éducation pourra, si les gens veulent avoir un couvre-visage, etc., fournir le matériel. C'est en discussion actuellement. Ça devrait être le cas.

Présent à ses côtés, le premier ministre Legault a indiqué que son gouvernement avait entendu les inquiétudes du personnel des écoles.

Certains enseignants sont très inquiets et voudraient porter un couvre-visage, a-t-il expliqué. La santé publique ne pense pas que c’est nécessaire, mais ça ne peut pas nuire. Donc, on va permettre aux enseignants qui veulent porter un couvre-visage de porter un couvre-visage.

L'important, c'est que tout le monde se sente à l'aise dans cette réouverture-là.

François Legault, premier ministre du Québec

Par ailleurs, le premier ministre a annoncé que la réouverture des magasins du Grand Montréal, prévue lundi prochain, sera repoussée d'une semaine. Contrairement aux entrepreneurs du reste du Québec, qui ont pu reprendre leurs activités lundi, ceux de la métropole devront attendre au 18 mai avant de reprendre les leurs.

La date de réouverture des écoles primaires et des garderies, elle, demeure inchangée : les directions devront toutes être prêtes à accueillir les enfants le 11 mai à l'extérieur du Grand Montréal et le 19 mai dans la région métropolitaine.

Dans une correspondance transmise en fin de journée à l'ensemble des partenaires du réseau de l'éducation, le ministre Roberge a toutefois précisé qu'il sera possible de répartir la rentrée sur trois jours en fonction des différents cycles scolaires.

Ainsi, une école située en dehors de la CMM pourrait décider d’opter pour un retour en classe des élèves du préscolaire et du premier cycle du primaire le 11 mai, d’y ajouter les élèves du deuxième cycle du primaire le 12 mai et, finalement, de compléter le retour en classe avec les élèves du troisième cycle du primaire le 13 mai, cite-t-il en exemple.

Le retour en classe, un casse-tête pour les écoles

Pas question, sinon, d'offrir de sursis aux commissions scolaires anglophones, qui ne souhaitent pas rouvrir leurs portes selon le plan présenté la semaine dernière : les parents doivent être les seuls juges du bien-être de leurs enfants, a souligné M. Legault.

Cela dit, le premier ministre comprend que le retour en classe fasse peur à bien des familles. Moi, je pense que c'est sécuritaire, mais [...] il y a de l'anxiété actuellement dans la société, et moi, je comprends très bien que certains parents ne sont pas l'aise de renvoyer leur enfant à l'école, a-t-il indiqué, rappelant que le retour en classe était optionnel.

Ceux qui voudraient renvoyer leurs enfants à l'école devront toutefois prendre une décision rapidement, puisque Québec leur a demandé d'avertir la direction une semaine à l'avance. Ainsi, les familles vivant en dehors de Montréal avaient jusqu'à lundi après-midi pour prévenir l'école en vue d'une réintégration la semaine prochaine.

En ce qui concerne le calendrier de réouverture des chantiers et des usines, il reste à l'identique, pour l'instant.

François Legault a cependant admis qu'il faudra encore beaucoup de temps avant que le gouvernement n'autorise celle des restaurants, des hôtels et des salles de spectacle.

À court terme, on ne prévoit pas de réouverture de ce type d'établissements, a-t-il confirmé, en promettant de venir en aide financièrement à ces secteurs d'activité. Il n'a cependant pas fixé d'échéance.

Un bilan qui continue de grimper

Le premier ministre a également fait savoir lundi que le coronavirus avait fait 75 nouvelles victimes au Québec, dont 72 dans des établissements pour personnes âgées. Le bilan des victimes s'élève maintenant à 2280 morts depuis le début de la crise.

Le nombre d'infections confirmées a pour sa part grimpé de 758 cas, pour un total de 32 263.

La santé publique signale en outre 1772 hospitalisations, dont 218 aux soins intensifs, et 7579 personnes rétablies.

Depuis le début de la crise, pas moins de 239 174 tests ont été effectués.

Ce total devrait toutefois augmenter de manière radicale au cours des prochaines semaines en raison de la nouvelle stratégie de dépistage du gouvernement, a rappelé le Dr Arruda, qui a affirmé que le nombre de cas confirmés devrait grimper en conséquence.

Ainsi, la courbe des cas, ce ne sera plus nécessairement notre référence, a-t-il expliqué, mais beaucoup plus la courbe des hospitalisations et des décès.

Le Dr Arruda en conférence de presse.

La santé publique devrait également dévoiler d'autres scénarios (optimistes et pessimistes) avant le déconfinement, a fait savoir le Dr Arruda lundi.

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Enfin, le premier ministre Legault a confirmé lundi qu'environ 11 000 employés du réseau de la santé sont actuellement absents, soit parce qu'ils ont été infectés par la COVID-19, soit parce qu'ils ont peur de l'être.

Une bonne partie d'entre eux ont été remplacés, a expliqué M. Legault, notamment grâce à 8000 personnes ayant soumis leur candidature sur le site Je contribue! et aux 350 militaires des Forces armées canadiennes déployés jusqu'ici dans les établissements pour personnes âgées.

C'est serré, a admis le premier ministre. On n'est pas à 100 % d'activité dans les hôpitaux, mais on est à un taux d'activité plus élevé que ce qu'on avait, par exemple, il y a deux semaines.

M. Legault a donc profité de la conférence de presse de lundi pour appeler une nouvelle fois les Québécois à venir prêter main-forte à temps plein dans les résidences de soins pour personnes âgées, où la situation demeure difficile, selon ses propres termes.

D'autant plus qu'après deux mois de travail intensif, certains travailleurs de la santé commencent à avoir hâte d'obtenir un répit. Même si on a fait beaucoup de progrès, on a du personnel qui est fatigué et on a encore besoin de monde, a commenté le premier ministre sur sa page Facebook.

La détresse d'une préposée volontaire

Il s'agissait de la première apparition publique de François Legault en quatre jours, sa dernière conférence de presse remontant à jeudi dernier. Il arborait pour l'occasion une nouvelle coupe de cheveux, gracieuseté de son épouse Isabelle, a-t-il précisé d'entrée de jeu, sourire en coin.

Bien que Québec souhaite diminuer la fréquence de ces conférences de presse, le premier ministre prendra à nouveau la parole mardi après-midi, dès 13 h, pour faire le point sur la pandémie. Il sera accompagné pour l'occasion du Dr Arruda et de la ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, Marguerite Blais.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique provinciale

Politique