•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Finances publiques : Trudeau se défend de manquer de transparence

Le premier ministre Justin Trudeau descend les marches à l'extérieur de sa résidence.

Le premier ministre Trudeau ne s'engage pas à présenter bientôt une mise à jour économique, sans toutefois l'exclure.

Photo : Radio-Canada / Justin Tang

Radio-Canada

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, refuse de dire à quel moment son gouvernement entend présenter un budget ou une mise à jour économique permettant aux Canadiens d'évaluer l'impact des mesures mises en oeuvre jusqu'ici pour affronter la crise du coronavirus.

Dans un point de presse tenu lundi avant-midi, le chef démissionnaire du Parti conservateur, Andrew Scheer, a pressé le gouvernement de faire preuve de transparence et de présenter une mise à jour économique avant que le Parlement n'ajourne ses travaux pour l'été.

Dans son point de presse subséquent, M. Trudeau n'a pas exclu de le faire, mais il ne s'y est pas engagé non plus. Il a plaidé que son gouvernement était ouvert et transparent à l'égard des Canadiens, mais qu'il était difficile d'anticiper l'effet de la pandémie sur l'économie canadienne dans les prochains mois.

Pour l'heure, a-t-il affirmé, le gouvernement se préoccupe essentiellement de soutenir l'économie pendant cette période trouble, bien qu'il se préoccupe aussi, dans les mesures annoncées jusqu'ici, de préparer une relance économique qui pourrait être très bonne pour les Canadiens.

Un budget en situation normale, c’est une prévision de ce qui va se passer, des mesures qu’on va amener dans l’année à venir. Et on est maintenant dans une période d’incertitude extraordinaire sur ce qui pourrait se passer le mois prochain ou dans trois mois, a-t-il fait valoir.

On est en réflexion sur la meilleure façon [...] soit un budget, soit un énoncé économique, soit d’autres façons de partager un peu plus avec les Canadiens ce qu’on voit pour les mois à venir. [...] Je n’exclus absolument rien.

Justin Trudeau, premier ministre du Canada

Le budget fédéral devait initialement être présenté le 30 mars, mais le plan a été annulé en raison de la crise de la COVID-19.

Le directeur parlementaire du budget a estimé la semaine dernière que le déficit fédéral passerait de 24,9 milliards de dollars en 2019-2020 à 252,1 milliards de dollars pour l'année en cours. C'est près de 70 milliards de plus que ce qu'il anticipait trois semaines plus tôt.

Avant d'avoir besoin d'appuyer les personnes qui ont perdu leurs emplois et les petites entreprises, le déficit était énorme, sans raison, seulement à cause du fait que Justin Trudeau a gaspillé les milliards de dollars des contribuables pendant un temps de croissance économique, a fait valoir Andrew Scheer.

Andrew Scheer, devant un lutrin. Une télévision diffuse sa conférence de presse.

Le chef démissionnaire du Parti conservateur, Andrew Scheer, en conférence de presse, lundi, à Ottawa.

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Maintenant que les provinces parlent de rouvrir l'économie, je crois que c'est le bon moment de planifier un budget. Peut-être pas cette semaine, peut-être pas ce mois-ci, parce qu'on doit attendre tous les faits, tous les impacts de la crise, mais certainement que le [ministère] des Finances peut commencer le travail préliminaire pour préparer un budget, a ajouté le chef intérimaire de l'opposition officielle.

Avant que le Parlement ajourne pour l'été, je crois que, au minimum, une mise à jour, un budget, un plan pour gérer l'économie pendant les prochains quelques mois [sont] nécessaires.

Andrew Scheer, chef démissionnaire du Parti conservateur

Bientôt de l'aide ciblée pour certaines industries

Malgré la taille anticipée du déficit, le gouvernement n'a vraisemblablement pas fini de délier les cordons de la bourse pour autant, puisqu'il se prépare à annoncer d'autres programmes d'aide destinés cette fois à des secteurs bien ciblés de l'économie.

De grandes et de petites compagnies, dans différents secteurs, ont été frappées particulièrement durement par la [crise de la] COVID-19, a indiqué Justin Trudeau. Je pense à l’industrie aérienne, aux secteurs du tourisme et de l’énergie, et à d’autres, qui auront besoin de plus de soutien.

Nous allons examiner des programmes d'appui sectoriels. Nous ferons des annonces dans les jours ou les semaines à venir. Il faut que nous visions juste avec des mesures pour nous assurer que les secteurs les plus importants de l'économie demeurent solides pendant la pandémie, et après, en grande partie.

Justin Trudeau, premier ministre du Canada

Le premier ministre a fait ces commentaires après qu'Air Canada eut annoncé, en début de journée, qu'il a essuyé des pertes de 1,05 milliard de dollars lors du premier trimestre de l'année. Lors de la même période l'an dernier, le transporteur avait plutôt enregistré un bénéfice net de 345 millions.

M. Trudeau n'avait toutefois pas de nouvelle annonce à faire aux Canadiens lundi. Il a souligné que son gouvernement avait investi jusqu'à maintenant 850 millions de dollars dans des travaux de recherche pour combattre la COVID-19, que ce soit au Canada ou ailleurs dans le monde.

Il a affirmé que cet effort s'inscrivait bien dans le cadre de la Réponse mondiale au coronavirus, une conférence internationale de dons en ligne qui vise à recueillir plus de 8 milliards de dollars américains dans une phase initiale. Cette initiative a été lancée lundi par plusieurs dirigeants du monde.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique fédérale

Politique