•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La réouverture des parcs nationaux réclamée par Nature Québec

Le parc national du Lac-Témiscouata a été inauguré en juin 2013.

Le parc national du Lac-Témiscouata (Archives)

Photo : Radio-Canada

Alors que la Société des établissements de plein air (Sépaq) attend le feu vert du gouvernement pour rouvrir ses installations, Nature Québec réclame la réouverture des parcs nationaux du Québec dans le respect des consignes de distanciation physique.

Selon l’organisation environnementale, l’accès à la nature est une nécessité en cette période de crise sanitaire.

La Sépaq avait demandé aux Québécois à la mi-mars de ne plus fréquenter ses territoires en raison de la pandémie de COVID-19.

Aucune date n’est prévue pour une éventuelle réouverture.

On s’explique mal pourquoi les gens peuvent aller magasiner dès aujourd’hui dans les commerces presque partout au Québec, alors qu’ils ne peuvent pas aller marcher en sentier dans un parc national où la distanciation physique est beaucoup plus facile.

Alice-Anne Simard, directrice générale de Nature Québec
La majestueuse chute Vauréal constitue un joyau du parc national de l'île d'Anticosti

La majestueuse chute Vauréal, joyau du parc national de l'île d'Anticosti (Archives)

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

La directrice s’appuie aussi sur la forte fréquentation des espaces verts en territoire urbain constatée en fin de semaine dernière, avec l'arrivée des beaux jours. Les règles de distanciation physique deviennent presque impossibles à respecter, selon elle.

La Sépaq attend le feu vert du gouvernement

Selon le porte-parole de la Sépaq, Simon Boivin, l’organisation se tient prête pour une réouverture rapide des parcs.

Nous, on a travaillé sur différents scénarios pour être prêts à ouvrir rapidement à partir du moment où le gouvernement va nous donner son feu vert, fait-il savoir.

Quant au moment qui va être le plus propice à une réouverture, on s’en remet à l’expertise du gouvernement et de la Santé publique.

Simon Boivin, porte-parole de la Sépaq

Simon Boivin ajoute qu'il faudra déterminer quelles activités peuvent être offertes en respectant les consignes de distanciation et quelles sont les mesures à prendre en ce qui concerne la gestion des files d’attente, la capacité des bâtiments, la location d’équipement, etc.

Des vieilles maisons installées sur l'Île Bonaventure au large de Percé.

L'Île Bonaventure au large de Percé (Archives)

Photo : Radio-Canada / Laurie Dufresne

Il parle d’une ouverture progressive.

Tout ne peut pas ouvrir en même temps, dit-il. Il faudra quelques jours au personnel, le temps de tout remettre en marche et de rendre les installations et sentiers sécuritaires.

Simon Boivin approuve totalement les propos de la directrice de Nature Québec quand elle rappelle que les études montrent que les promenades en nature diminuent les symptômes d’anxiété et de dépression, le stress et la fatigue mentale.

Par ailleurs, les pourvoiries du Québec réclament un échéancier précis et une annonce du gouvernement dès cette semaine pour la réouverture de certains services, dont la pêche quotidienne.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nature et animaux

Société