•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les pourvoiries veulent rouvrir rapidement pour sauver leur saison de pêche

Des gens en canot sur un lac.

Les pourvoiries ne peuvent effectuer la location de bateaux pour la pêche quotidienne, pourtant autorisée, déplore la Fédération des pourvoiries du Québec.

Photo : Guillaume Roy

Félix Morrissette-Beaulieu

Les pourvoiries du Québec réclament un échéancier précis et une annonce du gouvernement dès cette semaine pour la réouverture de certains services, dont la pêche quotidienne.

On pourrait exercer des activités de pêche quotidienne à deux pêcheurs par embarcation. C'est une activité où la distanciation est facile, plaide Marc Plourde, président-directeur général de la Fédération des pourvoiries du Québec.

M. Plourde demande que diverses activités soient accessibles aux Québécois au gré du déconfinement de certaines régions.

La chasse et la pêche sont permises au Québec, malgré la COVID-19. Toutefois, les établissements sont toujours fermés, donc il n'y a pas de services offerts par les pourvoiries, comme la location de bateau. Il y a quelque chose de pas normal là-dedans, croit le président-directeur général.

On s'attend à des annonces cette semaine. On veut que ça soit clair que nos employés peuvent retourner dans les pourvoiries. Il faut faire monter nos équipes pour ouvrir les sentiers et préparer les bateaux.

L'interaction avec le client pour la location d'un bateau est minime, affirme Marc Plourde, convaincu que le service devrait être autorisé.

La location de bateaux représente, dans certaines régions, des revenus de plus de 100 000 $ par jour.

Période critique

La moitié des chiffres d'affaires de plusieurs pourvoiries se fait en mai et juin, illustre M. Plourde.

Certaines doivent commencer l'ensemencement durant cette période pour permettre la pérennité de la pêche dans le cas de certaines espèces d'élevage.

Actuellement, ces poissons-là sont prêts à sortir et doivent faire leur place pour les autres dans les bassins.

Certaines espèces ne peuvent être ensemencées en juillet, en raison de la température de l'eau trop élevée, notamment.

Hébergements

Marc Plourde s'attend aussi à des annonces imminentes pour la réouverture de certaines unités d'hébergement, une source de revenus importante pour les pourvoiries.

On est prêts. Nos protocoles sanitaires sont très développés. Ce dont on a besoin, c'est un calendrier de réouverture.

L'hébergement pour certains travailleurs essentiels dans le secteur de la foresterie doit aussi être disponible, plaide le PDG.

À l’échelle du Québec, les pourvoiries offrent près de 30 000 lits d’hébergement.

Le ministère du Tourisme indique attendre les résultats du déconfinement graduel des autres secteurs d'activités économiques avant d'autoriser une réouverture des pourvoiries du Québec.

Ces autorisations demeurent la prérogative de la Direction de la santé publique, indique le cabinet de la ministre Caroline Proulx.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Chasse et pêche

Économie