•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Brasser des affaires en temps de pandémie : un beau casse-tête en vue

Une jeune femme magasine des vêtements.

Les clients peuvent retourner en magasin à compter du 4 mai dans certains commerces hors de la grande région de Montréal.

Photo : iStock / Prostock-Studio

Radio-Canada

À part à Montréal, le secteur du commerce de détail va reprendre vie petit à petit au Québec à compter de lundi. Au Saguenay-Lac-Saint-Jean, certains acteurs de cette industrie sont donc très fébriles.

Le président de la chaîne de magasins d’ameublement Gagnon Frères, Frédéric Gagnon, soutient que son équipe multiplie les efforts pour s’organiser adéquatement en prévision de cette relance.

Pour ne citer que quelques exemples, des pancartes ont été installées bien en évidence pour inviter les futurs clients à se nettoyer les mains et à garder leurs distances les uns par rapport aux autres.

S’ils le désirent, les employés pourront enfiler des masques ou des visières quand ils effectueront leurs tâches.

Ils seront aussi invités à apposer des autocollants sur les produits ayant été manipulés par les clients pour qu’ils puissent être désinfectés ultérieurement.

M. Gagnon affirme qu’il est indispensable que le personnel soit très bien préparé pour connaître les différentes mesures sanitaires et normes comportementales à respecter dans un contexte de pandémie.

D’ailleurs, il précise que les commerces de la bannière Gagnon Frères n’ouvriront pas avant mardi.

Le président de l'entreprise Gagnon Frères, Frédéric Gagnon, se trouve dans la station de Radio-Canada de Saguenay.

Le président de l'entreprise Gagnon Frères, Frédéric Gagnon

Photo : Radio-Canada

Ainsi, lundi, une journée complète de formation y sera offerte pour que le personnel puisse se sentir prêt à relever un double défi.

Il faudra que tout le monde tente de garder le côté ludique du magasinage tout en étant extrêmement sécuritaire, résume M. Gagnon.

La directrice générale adjointe de la chaîne de boutiques de vêtements et de décoration Mode Choc abonde dans le même sens que lui.

Jessika Roussy avance également que la clientèle devra continuer d’avoir du plaisir à faire des achats, mais qu’il lui faudra aussi réapprendre à magasiner.

Quelques véhicules sont garés à proximité d'un magasin Mode Choc.

Un magasin Mode Choc

Photo : Radio-Canada

Elle explique notamment que les salles d’essayage seront fermées de prime abord.

Les consommateurs seront plutôt invités à enfiler leurs nouveaux vêtements chez eux et à les retourner s’ils ne sont pas satisfaits de leurs acquisitions.

Mme Roussy reconnaît que certains employés sont très réticents à l’idée de revenir au travail dans ce contexte inhabituel.

Il y a des gens qui ont vraiment peur, mentionne-t-elle.

Par contre, certains de leurs collègues ont hâte de reprendre le collier.

Ils n’en peuvent plus d’être chez eux, conclut-elle, en souriant.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saguenay–Lac-St-Jean

Commerce