•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des éditeurs veulent que Facebook et Google partagent les revenus publicitaires

Un homme tenant un journal consulte un téléphone intelligent dans le métro.

Les médias traditionnels souffrent du quasi-monopole publicitaire de Facebook et Google.

Photo : iStock / Leo Patrizi

La Presse canadienne

Des éditeurs qui représentent la majorité des journaux canadiens ont écrit une lettre ouverte au gouvernement fédéral exhortant ce dernier à prendre des mesures immédiates pour que les géants du web comme Facebook et Google partagent leurs revenus publicitaires avec les médias canadiens.

La lettre, qui a été publiée comme une publicité dans les journaux du pays samedi, affirme que la situation est urgente, les entreprises de médias subissant d'énormes baisses de revenus publicitaires en raison de la pandémie de la COVID-19.

Les éditeurs soulignent les mesures prises récemment en Australie, où le trésorier du pays a annoncé des mesures obligatoires pour forcer les entreprises numériques comme Facebook, Google et Twitter à payer les médias pour l'utilisation de leur contenu.

Les mesures devaient être achevées en novembre, mais elles sont désormais accélérées en raison de fortes baisses des revenus publicitaires causées par la COVID-19, baisses qui ont forcé la fermeture de nombreux journaux.

Bob Cox, éditeur du Winnipeg Free Press et signataire de la lettre ouverte, affirme que les revenus publicitaires des journaux du Canada ont chuté de plus de 50 %, ce qui a rendu l'industrie de la presse écrite non rentable.

Il a déclaré que la subvention salariale qui fait partie du programme d'aide d'urgence de plusieurs milliards de dollars du gouvernement fédéral aidera, mais il estime que le Canada peut et devrait suivre l'exemple de l'Australie et créer des règles du jeu équitables pour l'industrie des médias en incitant les géants du web à partager les revenus publicitaires qu'ils tirent des contenus créés par des journalistes canadiens et partagés sur leurs plateformes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Coronavirus

Économie