•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Montréal-Nord distribue ses masques pour contrer la COVID-19

À Montréal-Nord, on dénombre 1377 cas déclarés et 77 morts causées par le nouveau coronavirus.

Un homme prend un masque dans une boîte que tient une jeune femme.

Le reportage de Jacaudrey Charbonneau.

Photo : Radio-Canada

L'arrondissement de Montréal-Nord, qui est devenu l'épicentre de la pandémie de COVID-19 au pays, met les bouchées doubles pour tenter d’endiguer la maladie. Samedi, la distribution de masques de protection aux résidents a commencé.

Des élus, des pharmacies et des organismes communautaires ont commencé à distribuer les 10 000 masques –  4000 jetables et 6000 réutilisables – qui ont été commandés plus tôt cette semaine par Montréal-Nord.

Une brigade de bénévoles de l'organisme Hoodstock s'est déployée pour soutenir la communauté de Montréal-Nord.

On a choisi quelques points, quelques endroits où l'on sait qu'il y a beaucoup de mouvements, beaucoup d'action. [Des endroits] où les gens ne peuvent pas nécessairement respecter la distanciation sociale. Donc, on veut vraiment aller cibler ces endroits-là, explique Stéphanie Germain, coordonnatrice de l’organisme.

Stéphanie Germain en gros plan.

Stéphanie Germain est coordonnatrice pour l’organisme Hoodstock.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada a rencontré dans un parc des jeunes venus prêter main-forte, passant à l'action à deux mètres de distance. Oui, on donne des kits aujourd'hui, mais le plus important c'est notre présence, raconte une bénévole de Hoodstock.

Il y avait beaucoup de manquements déjà dans la communauté, puis avec la situation actuelle, cela s'est encore plus amplifié, souligne une autre bénévole, Naïka Louis.

À Montréal-Nord, on dénombre 1377 cas déclarés et 77 morts causées par le nouveau coronavirus.

La direction de l'arrondissement prend les grands moyens pour s'attaquer à cette éclosion sur son territoire.

L’annonce faite mercredi dernier par l’Arrondissement d’acheter et de distribuer 7000 masques s’est transformée en effort collectif. En ce moment, plusieurs organismes et entreprises mettent la main à la pâte et nous prévoyons maintenant que, grâce à cet effort, environ 20 800 masques et 500 visières de protection seront distribués au cours des prochains jours, a commenté en soirée par voie de communiqué la mairesse de Montréal-Nord, Christine Black.

Santé Montréal a ouvert vendredi un centre pour augmenter la capacité de dépistage de la COVID-19 à Montréal-Nord, où la situation est la plus problématique. La clinique a permis d'élargir l’accès aux tests de dépistage à tous les résidents de l’arrondissement qui présentent des symptômes. Une centaine de tests ont été effectués lors de la première journée d’opération.

Dimanche, le CIUSSS du Nord-de-l'Île-de-Montréal procèdera à du dépistage ciblé auprès de 300 personnes vivant dans des milieux de vie gardés confidentiels, afin d’éviter la stigmatisation des gens.

L'arrondissement s’affaire aussi à la mise en place de corridors sanitaires et à la mise sur pied de brigades pour faire de la sensibilisation auprès des jeunes.

Une tempête annoncée

La crise qui sévit dans cet arrondissement défavorisé constitue une tempête annoncée, dénonce pour sa part Will Prosper, artiste et cofondateur de Hoodstock.

Selon lui, il est primordial d’avoir une représentation de la part des jeunes pour montrer à la population l'importance de porter des masques pour se protéger et protéger les autres contre la maladie.

D’avoir les jeunes qui le font, cela envoie un message fort à toute la communauté et [cela démontre] qu’on se prend en charge aussi.

Une citation de :Will Prosper

Souvent, on pourrait attendre après le gouvernement, mais malheureusement ça a pris tellement de temps. Les jeunes ont dit : "ça ne se peut plus. Il faut qu’on fasse quelque chose parce sinon il y a des gens qui vont être touchés [par le virus]", explique-t-il.

Will Prosper porte des lunettes fumées dans un parc.

Will Prosper, artiste et cofondateur de Hoodstock.

Photo : Radio-Canada

Will Prosper déplore la lenteur avec laquelle les autorités se sont mobilisées pour prendre soin de la communauté de Montréal-Nord.

C'est atroce de voir le manque de vision, de clarté, de prévision qu'il y avait en lien avec Montréal-Nord. C'est quelque chose que tout le monde savait. C'est quelque chose que tout le monde attendait, déplore-t-il.

Et là on se ramasse à un moment où on ne devrait pas être présentement, parce qu’on aurait dû prendre des mesures.

Une citation de :Will Prosper

Un grand nombre de membres de cette communauté qui se sent négligée vont au front pour soigner les malades ou prendre soin des personnes âgées.

Le président de l’Association des médecins haïtiens de Montréal, le Dr Schiller Castor, confirme cet état de fait. Dans la communauté haïtienne, on est beaucoup dans les secteurs essentiels de services et c'est ce qui cause la problématique actuelle, affirme-t-il.

Certains refusent de travailler et de risquer leur vie, de peur de faire partie des statistiques. D’autres, comme Auliz Stéphanie Gama, une préposée aux bénéficiaires qui vit à Montréal-Nord, ont dû arrêter de travailler. Mme Gama doit s'occuper de son fils en confinement.

Ça m'inquiète beaucoup parce que moi je veux bouger. Aussi, parce qu'il faut que j'aie de l'argent pour payer mon appartement. Je ne peux pas rester sans travailler, confie-t-elle.

Le triste bilan qui afflige Montréal-Nord peut être lourd à porter pour ses résidents. Marie-Ève Gauthier, une résidente de Montréal-Nord, le reconnaît d’emblée.

On commence à être habitués. Je m'excuse de dire ça comme ça. Mais ça fait tellement longtemps que Montréal-Nord a mauvaise presse, admet-elle.

Avec les informations de Jacaudrey Charbonneau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !