•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La réouverture des écoles anglophones en Estrie est incertaine

Un autobus scolaire de la Commission scolaire Eastern Townships, en Estrie.

La Commission scolaire Eastern Townships pourrait ne pas rouvrir ses écoles le 11 mai.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

À l’instar des commissions scolaires anglophones du Québec, la Commission scolaire Eastern Townships pourrait repousser la date de réouverture de ses écoles primaires au-delà du 11 mai.

Son président Michael Murray doute que sa commission scolaire soit prête à offrir un environnement sécuritaire aux 3000 élèves qui fréquentent les 20 écoles primaires de son réseau.

On comprend qu'il faut ouvrir à un moment donné les écoles, mais les conditions sont-elles vraiment sous contrôle ?  questionne-t-il.

Dans certaines écoles, par exemple, des classes sont trop petites pour y installer 15 élèves avec une distance sécuritaire. Le transport scolaire pourrait aussi poser problème. La commission scolaire n'exclut pas d'avoir recours aux bâtiments municipaux, tels que les centres communautaires pour augmenter l'espace disponible.

Il y a beaucoup d'anxiété parmi notre personnel, de surcharge de travail. Avec seulement deux semaines pour préparer tout ça, c'est loin d'être évident qu'on peut y arriver.

Michael Murray, président de la Commission scolaire Eastern Townships

La commission scolaire craint aussi de manquer de main-d'oeuvre puisque bon nombre de son personnel est âgé de plus de 60 ans.

Michael Murray ajoute qu’il évalue l’idée d’ouvrir certaines écoles et d’en laisser d’autres fermées, mais aucune décision n'a cependant encore été prise.

Une date jugée «arbitraire»

Michael Murray critique fermement la décision de Québec de rouvrir les établissements, sans d'abord avoir sondé le réseau de l'éducation.

Il aurait été très agréable que le gouvernement du Québec nous consulte, mais ils ne l'ont pas fait.

Michael Murray, président de la Commission scolaire Eastern Townships

Il dénonce le choix de date « complètement arbitraire» de cette réouverture.

Est-ce qu'on va servir de garderie aux enfants jusqu'en sixième année ? C'est ce qui semble être le but pour redémarrer l'économie, déplore-t-il. Selon Michael Murray, les mesures sanitaires mises en place pour la protection des élèves et du personnel rendront les apprentissages difficiles pendant les quelques semaines qu'il reste avant la fin de l'année scolaire.

Les établissements devront ouvrir, dit Québec

Le ministère de l'Éducation a toutefois indiqué que les commissions scolaires ne peuvent pas décider elles-mêmes quand elles rouvriront les écoles. Les commissions scolaires anglophones ne disposent pas du pouvoir légal de repousser l'ouverture des établissements scolaires. Il s'agit d'une compétence exclusive du gouvernement du Québec, a fait savoir par courriel dimanche le cabinet du ministre de l'Éducation, Jean-François Roberge.

Ces établissements ouvriront aux dates annoncées plus tôt cette semaine, insiste Québec.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !