•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Deux poètes rimouskoises se démarquent sur la scène nationale

Vue en plongée d'un livre ouvert

«Je croyais que le sexe me transformerait en quelqu'un d'important», écrit Laurence Veilleux dans son troisième recueil de poésie, paru aux éditions Poètes de brousse. (Archives).

Photo : Radio-Canada / Xavier Lacroix

Radio-Canada

La poésie bas-laurentienne se démarque à l’échelle québécoise avec les Rimouskoises Annie Landreville et Laurence Veilleux.

Le poème Sur la pointe des arbres de l’autrice rimouskoise Annie Landreville a remporté le concours d’écriture Geneviève-Amyot 2020. Son poème a été sélectionné parmi 300 autres textes par un jury mystère qui n’avait pas accès aux noms des auteurs. On ne réalise pas, souvent, à quel point on travaille fort pour écrire, pour créer, pour écrire de la musique, pour faire un film ou quoi que ce soit, observe Annie Landreville.

Quand on est reconnu par des pairs, quand on est reconnu par un jury, par des gens qui apprécient ce qu’on fait, ça donne des ailes.

Annie Landreville, autrice rimouskoise

Le Bureau des affaires poétiques a publié sur sa page Facebook la lecture du poème d’Annie Landreville.

L’auteure et poète Annie Landreville sera au Marché public de Rimouski samedi pour offrir des prescriptions poétiques.

L’auteure et poète Annie Landreville sera au Marché public de Rimouski samedi pour offrir des prescriptions poétiques. (Archives).

Photo : Françoise Picard

Une autre distinction littéraire est attribuée à Laurence Veilleux, une autrice rimouskoise, qui est en lice pour le grand prix de poésie de la Fondation Émile-Nelligan. L'organisme a sélectionné trois finalistes la semaine dernière parmi 36 publications. Laurence Veilleux fait partie de ces finalistes avec son recueil Elle des chambres.

Elle sourit au micro.

La poète Laurence Veilleux (Archives).

Photo : Radio-Canada / Hamza Abouelouafaa

Je pense que c’est un grand prix pour un jeune poète au Québec qui est accompagné d’une bourse chouette et qui peut donner du temps d’écriture. C’est ça qui est intéressant. Mais être finaliste en soi, c’est déjà une belle reconnaissance.

Laurence Veilleux, autrice rimouskoise

Depuis 1979, le prestigieux prix est remis à un poète nord-américain de 35 ans ou moins pour un recueil publié en français. En raison de la pandémie de COVID-19, l'annonce du gagnant ou de la gagnante aura lieu exceptionnellement sur la page Facebook de la Fondation Émile-Nelligan le 19 mai prochain.

Avec les informations de Nadia Ross

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Bas-Saint-Laurent

Livres