•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Suis-je obligé de retourner travailler? : des réponses à vos questions

Un stationnement vide près des magasins du Marché central à Montréal.

Une partie des commerces et des industries du Québec doit recommencer à fonctionner dès le 11 mai.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

Le déconfinement amène son lot de questions de la part de travailleurs qui s'apprêtent à retourner en entreprise.

Certains parents, par exemple, ne se sentent pas à l’aise de renvoyer leurs enfants à l’école ou à la garderie alors que d’autres jugent insuffisantes les mesures sanitaires prises par leur employeur.

Si les gens refusent de retourner au travail, ils risquent de recevoir un relevé d’emploi qui indique qu’ils ont démissionné, ce qui les rend non admissibles à la PCU ou à l’assurance-emploi, explique Marianne Plamondon, avocate en droit du travail.

Me Plamondon a répondu à quelques questions du public sur les ondes de RDI, samedi.


Je veux rester à la maison pour m’occuper de mon enfant, car je crains pour sa santé s’il retourne à la garderie. Je bénéficie jusqu’à maintenant de la PCU. Ai-je le droit de rester à la maison même si mon employeur me demande de retourner au travail?

Si l’enfant n’a pas de condition médicale particulière, le parent doit retourner au travail. Si l’enfant est à risque en raison d’un problème de santé, il s’agit d’un motif valable pour s’absenter du travail. L’employé pourra alors continuer à toucher la Prestation canadienne d’urgence (PCU) ou l’assurance-emploi.


Les entreprises pourront-elles exiger de prendre la température de leurs employés avant le début de leur quart de travail?

C’est une question qui revient beaucoup chez les employeurs, qui veulent s’assurer de la santé et de la sécurité de leurs employés. Certains systèmes permettent même de prendre la température à distance au moyen d’une caméra thermique.

C’est tout à fait légal en contexte de pandémie. L’employeur peut renvoyer à la maison les gens dont la température dépasse le seuil prévu afin d’éviter une éclosion de la maladie dans l’entreprise. Si l’employé refuse qu’on prenne sa température, l’employeur peut exiger qu’il retourne à la maison.


Pour quelles raisons un enseignant pourrait-il être exempté de retourner en classe?

Ceux qui ont plus de 60 ans peuvent refuser de retourner au travail ainsi que tous ceux qui ont un problème médical les mettant à risque face à la COVID-19. Un billet d’un médecin ou d’une infirmière est nécessaire pour attester d’un tel problème.


Les employeurs sont-ils tenus de mettre certaines mesures en place?

Les employeurs ont beaucoup de responsabilités.

Ils doivent notamment prévoir des stations de lavage de mains et une désinfection du milieu de travail. Ils doivent aussi réorganiser leurs espaces afin de respecter la distanciation physique de deux mètres entre les employés.

La CNESST [Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail] a publié un guide très clair sur ce qu’ils doivent faire. On nous dit que 300 inspecteurs sont prêts à se rendre dans les entreprises afin de vérifier que la santé des travailleurs soit protégée.

Un travailleur peut aussi dénoncer son employeur à la CNESST si ce dernier omet de mettre en place les mesures sanitaires nécessaires.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Coronavirus

Économie