•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Yukon n’a plus de cas actif de COVID-19, mais n’est pas prêt à ouvrir ses frontières

Plan serré des mains d'une employée couvertes de gants jetables plaçant des billets dans le tiroir de la caisse.

Plusieurs caissiers et caissières de Whitehorse portent des gants par souci d'hygiène.

Photo : Radio-Canada / Matisse Harvey

Radio-Canada

Les autorités sanitaires du Yukon affirment que le territoire ne compte plus de cas actif de COVID-19. Les onze personnes atteintes ont été déclarées guéries.

Le territoire occupe une position enviable au pays n'ayant pas connu de transmission communautaire, a déclaré le médecin hygiéniste en chef Brendan Hanley du territoire.

« Il y a plusieurs mesures [qui ont contribué au succès du Yukon], a souligné le Dr Hanley. La plus importante c'est que nos frontières sont fermées [comme celles des] deux autres territoires et, en partie, de l'Île-du-Prince-Édouard. C’est peut-être là la mesure la plus importante qui nous distingue des autres provinces. »

Cette fermeture des frontières aux voyages non essentiels doit être maintenue pour s’assurer que le territoire ne connaisse pas d'autres cas, a affirmé le médecin hygiéniste en chef.

Plan ceinture de Bendan Hanley en conférence de presse assis à une table surmontée d'un micro.

Le médecin hygiéniste en chef du Yukon Brendan Hanley tient des points de presse réguliers pendant la pandémie de la COVID-19.

Photo : Radio-Canada

« La question est sur les lèvres de tous y compris les miennes à savoir quand le territoire annoncera son plan de réouverture? »

— Une citation de  Brendan Hanley, médecin hygiéniste en chef du Yukon

Le territoire travaille à l'élaboration d'un plan d'assouplissement des mesures de restriction, mais prévient les Yukonnais que ces changements se feront de façon graduelle au cours des prochaines semaines voire des prochains mois. Il s’agit du seul moyen, dit Dr Hanley, d’assurer une reprise des activités à l’intérieur du territoire.

Certains services non urgents pourront par ailleurs être de nouveau offerts dans les hôpitaux du territoire, mais sur rendez-vous seulement. Ces services incluent par exemple les tests sanguins non urgents, les radiographies, les tests d'imagerie ou la physiothérapie.

Accusation judiciaire pour ne pas s’être auto-isolé

Le gouvernement du Yukon a par ailleurs annoncé qu'une première personne a été formellement accusée en vertu de la Loi sur les mesures civiles d'urgence.

L’individu de la région de Whitehorse aurait ignoré l'ordonnance d'auto-isolement imposée au retour d'un voyage. La ministre Tracy-Anne McPhee affirmé que l'accusé doit comparaître devant les tribunaux le 5 mai prochain.

Un contrôle plus serré des voyageurs

La ministre a par ailleurs affirmé que des directives plus précises seraient données prochainement aux automobilistes qui traversent le territoire en direction de l’Alaska ou des Territoires du Nord-Ouest.

Ces voyageurs disposent de 24 heures pour compléter le transit au cours duquel ils peuvent s’arrêter dans les commerces ou les collectivités pour acheter des vivres ou de l’essence.

la ministre au micro

La ministre de la Justice, Tracy-Anne McPhee, a annoncé une série de mesures pour prolonger les délais pour des actions devant la justice.

Photo : Radio-Canada / Claudiane Samson

« Les voyageurs doivent signer une déclaration s’engageant à respecter les mesures en place pendant leur déplacement. [...] Des agents de contrôle sont en poste dans toutes les collectivités et les résidents sont invités à dénoncer ceux qui ne respectent pas les règles. »

— Une citation de  Tracy-Anne McPhee, ministre de la Justice

La ministre a affirmé que des cartes géographiques montrant les corridors de déplacements permis seront fournies aux automobilistes pour s’assurer que les voyageurs ne s’aventurent pas en dehors de ces limites ou dans des collectivités. 

En date du 30 avril, 1154 personnes ont été admises pour traverser le territoire, 16 ont été refoulées à la frontière.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !