•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une entreprise rimouskoise se lance dans l'installation de caméras qui détectent la fièvre

Une caméra thermique fixée sur un mur.

Une caméra thermique comme celle-ci permet de déterminer, à distance, si une personne fait de la fièvre.

Photo : Radio-Canada / Simon Turcotte

Radio-Canada

De nouvelles technologies vont faire leur apparition dans nos vies en raison de la pandémie, pensons par exemple aux caméras thermiques qui permettent de prendre la température corporelle à distance. Une entreprise rimouskoise s'est lancée dans l'installation de ce type de caméra.

La demande de caméras thermiques est en hausse depuis le début de la pandémie.

Santé Canada a d'ailleurs désigné certains modèles comme des instruments médicaux (Nouvelle fenêtre) qui aident à la lutte contre le coronavirus, selon Guillaume Roy, d'Alarmes 911 à Rimouski, qui en fait l'installation.

C'est vraiment une caméra qui est spécialisée avec un algorithme et une intelligence artificielle à l'intérieur qui va déterminer le visage et prendre une température de la personne.

Guillaume Roy, directeur général d'Alarmes 911

Certains modèles permettent de détecter la température corporelle d'une trentaine de personnes simultanément, dans un périmètre de neuf mètres.

La marge d'erreur est de 0,5 degré, c'est pour ça qu'on demande aux gens de faire une deuxième vérification avec un thermomètre sans fil, sans contact régulier, explique Guillaume Roy.

Guillaume Lavigne regarde les images tournées par une caméra thermique sur un écran d'ordinateur.

Guillaume Lavigne observe les images tournées par une caméra thermique.

Photo : Radio-Canada / Simon Turcotte

Ces caméras ont été popularisées en Asie bien avant la pandémie.

On a beaucoup de demandes au niveau des usines, au niveau réseau de la Santé et du côté minier, sur la Côte-Nord.

Guillaume Roy, directeur général d'Alarmes 911

Pour des raisons de protection des renseignements personnels, les caméras doivent être installées en circuit fermé et les données ne sont ni enregistrées ni partagées.

Les caméras thermiques pourraient rester communes après la pandémie, pour éviter la propagation d'autres virus, comme celui de la grippe, par exemple.

D’après un reportage d’Isabelle Damphousse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Bas-Saint-Laurent

Coronavirus