•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La relance économique au Québec : des réponses à vos questions

Des magasins déserts au Marché central de Montréal.

Le commerce au détail et les petits commerces vont rouvrir prochainement en cette période de déconfinement.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

La relance partielle de l'économie a été annoncée cette semaine par le gouvernement Legault, qui priorise le secteur manufacturier, celui de la construction et le commerce au détail. Voici des réponses à quelques-unes des questions que vous nous avez envoyées à ce sujet.


J’ai 64 ans et je suis considérée comme une personne à risque, suis-je obligée de retourner au travail? / J’ai des travailleurs saisonniers de plus de 70 ans en bonne santé, est-ce que je peux les ramener au travail?

Johanne Glaude, Chantal Cloutier et Sandra St-Gelais

Notre journaliste économique Gérald Fillion a répondu à la première question dans le cadre de son segment quotidien sur les ondes de RDI. Ce sont les personnes de 70 ans et plus qui sont considérées à risque par la santé publique. Même son de cloche du côté de la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité au travail (CNESST), qui ajoute les personnes immunodéprimées et les personnes atteintes de maladies chroniques à la liste des personnes plus à risque.

Pour les travailleurs de plus de 70 ans, le gouvernement du Québec indique sur son site Internet qu’« une évaluation au cas par cas doit être faite ». Ainsi, si l’employé n’effectue pas un travail essentiel, le télétravail est à privilégier. Sinon, il peut être maintenu en poste s’il a une bonne santé et si des mesures de protection sont mises en place.

Comment ça va fonctionner si on fait le choix de rester à la maison avec notre enfant dans l’éventualité où notre travail reprend?

Marie-Claude Levesque, Vanessa Letourneau

Si le choix des parents de renvoyer leur enfant à l’école primaire ou à la garderie est « volontaire », celui de retourner au travail l'est moins.

Le retour au travail se fera de manière progressive, et les places en garderie évolueront en priorisant les travailleurs dont les lieux d'emploi seront rouverts.

Sur son site Internet, la CNESST indique que si l’employé refuse de se conformer, l’employeur peut lui faire part du fait qu’il s’expose à des mesures administratives ou disciplinaires.

De plus, si vous touchez la Prestation canadienne d’urgence (PCU) et que vous ne voulez pas retourner travailler alors que votre travail reprend, l’Agence du revenu du Canada peut interpréter votre décision comme un refus de travailler ou même comme une démission, et vous pourriez avoir à rembourser les sommes perçues pendant cette période.

Nous possédons une boutique de robes de mariée et de vêtements sur mesure. Cela exige une proximité entre le conseiller et le client ou la cliente afin d’ajuster le vêtement près de son corps. Nous ne savons pas quoi faire pour respecter la distanciation sociale. Doit-on rouvrir?

Swanly St-Onge et Simon Valin

Les commerces de robes de mariée et de vêtements sur mesure sont des commerces au détail et pourront rouvrir aux dates indiquées par Québec.

Si le ministère de l’Économie reconnaît que la question du respect des normes sanitaires dans les deux exemples ci-dessus est « complexe », un porte-parole renvoie les détaillants au guide élaboré par la CNESST afin de les conseiller sur les mesures à mettre en place pour respecter la distanciation physique.

La CNESST souligne que l’employeur doit également informer les travailleurs sur les risques liés à leur travail, y compris ceux liés à la COVID-19 et doit également assurer la formation, la supervision et l’entraînement appropriés de ses employés.

La rénovation à une résidence sera-t-elle possible dès le 11 mai?

Alexandre Cloutier Auclair et Lyne St-Germain

Il sera effectivement possible, dès le 11 mai, d’effectuer tout type de travail de construction ou de rénovation résidentielle.

Avant cette date, la construction résidentielle était permise à condition que la prise de possession de l’habitation se fasse au plus tard le 31 juillet 2020 pour éviter une crise du logement en plus de la crise sanitaire.

Nous avons une roulotte tout équipée dans un petit camping et nous avons vendu notre maison pour la fin mai. Aurons-nous le droit d'y loger?

Mireille Cloutier

Les terrains de camping ne seront en principe pas rouverts. Toutefois, le premier ministre François Legault a indiqué que la situation est « correcte » pour ceux qui « habitent dans une roulotte comme s’ils habitaient dans une maison », si la distanciation sociale de deux mètres est respectée.

Sur le site Internet du gouvernement, on précise que « certains terrains de camping faisant l'accueil de voyageurs n'ayant pas d'autre option de logement et disposant d’installations sanitaires suffisantes » sont toujours ouverts.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Coronavirus

Économie