•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Entrée en vigueur d'une mesure limitant le travail du personnel à un seul centre de soins

Deux femmes âgées marchent dans un corridor du centre Actionmarguerite. On les voit de dos.

Selon les gestionnaires d'Actionmarguerite, la mesure va toucher de 20 à 30 % du personnel.

Photo : Radio-Canada

Les travailleurs de la santé des centres de soins de longue durée ne peuvent plus travailler que dans un seul établissement. Ce changement fait suite à une ordonnance du gouvernement manitobain entrée en vigueur le 1er mai.

En adoptant cette mesure, le Manitoba emboîte le pas à d'autres provinces canadiennes comme le Québec ou l'Ontario. Ce changement qui s'applique pour une durée de six mois, vise à limiter la propagation de la COVID-19 dans les établissements.

Charles Gagné. le directeur d'Actionmarguerite, qui gère trois centres de soins de longue durée au Manitoba, estime que cette mesure était prévisible.

Il affirme que, au début de la pandémie, les employés d'Actionmarguerite demandaient si ce type de restriction allait finir par toucher le Manitoba.

Surtout lorsque la situation à travers le Canada a démontré que [le travail des employés] dans plusieurs foyers était peut-être un risque. Ce qu'ils ne savaient pas, c'était surtout quand et comment on allait le faire, note Charles Gagné.

Un homme seul debout

Charles Gagné,directeur général d'Actionmarguerite

Photo : Radio-Canada

Selon lui, il fallait savoir comment s'organiser par rapport aux effectifs et comment assurer qu'il n'y ait pas de pénurie de personnel.

Charles Gagné explique que de 200 à 300 employés d'Actionmarguerite sont touchés par ce changement, sur les 1000 travailleurs que comptent les trois centres. Cela représente de 20 à 30 % de la main-d'oeuvre que l'on doit partager avec d'autres foyers de soins personnels, précise-t-il.

La nouvelle directive entraînera, selon lui, une surcharge de travail pour le personnel d'Actionmarguerite, du moins à court terme. On risque de faire du temps supplémentaire, mais il y a un engagement de tous les foyers, comme du ministère et de Soins communs Manitoba, de ne perturber aucunement la qualité des soins offerts aux résidents, précise-t-il.

Le directeur d'Actionmarguerite souligne que, même si la nouvelle directive exige un ajustement important de la part des employés, ces derniers en comprennent l'utilité et semblent bien disposés à cet ajustement.

Je pense que tout le monde est dans le même bateau pour essayer de réaliser le changement, parce que c'est aussi une question de sécurité pour eux. Limiter les déplacements entre les foyers, ça leur garantit une plus grande protection et ils pourront ainsi continuer à offrir des soins aux résidents, note-t-il.

Réaction syndicale

Dans un communiqué de presse publié vendredi, le Syndicat des infirmières et infirmiers du Manitoba a critiqué la façon de faire du gouvernement Pallister.

Un immeuble pour personnes âgées

Le Centre Taché est l'un des trois établissements de soins pour personnes âgées gérés par Actionmarguerite.

Photo : Radio-Canada

Il accuse le gouvernement de refuser de travailler en collaboration avec les infirmières en adoptant plutôt une approche unilatérale et brutale.

Le syndicat se dit préoccupé par la pénurie chronique de personnel dans les établissements de soins de longue durée ainsi que par l'impact de la mesure sur les soins.

Selon Charles Gagné, les difficultés systémiques dans ces établissements ne seront pas réglées en pleine pandémie. Toutefois, il admet qu'à l'avenir il va falloir discuter du problème.

J'espère qu'après la pandémie, à l'échelle du Canada, le secteur des soins personnels aura une priorité différente auprès des gouvernements. Notamment, sur comment soutenir cette main-d'oeuvre à long terme, à la lumière de ce qu'ont vécu certaines provinces au cours de cette crise, conclut-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !