•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : une application de traçage accessible en Alberta

Plan serré de deux mains d personnes différentes qui tiennent chacune un téléphone mobile avec la même application ouverte sur différentes pages.

À Singapour, une application mobile qui utilise la technologie Bluetooth avertit ceux qui ont eu des contacts étroits avec des personnes infectées par la COVID-19.

Photo : AFP / Getty Images / CATHERINE LAI

L’Alberta lance une application mobile pour suivre les cas de COVID-19, devenant la première province au Canada à faire le saut. La province assure qu'il n'y a aucun risque de transmission de données personnelles, même si l'usage de ces applications par d'autres pays soulève des questions sur la protection de la vie privée.

L'application, baptisée AB Trace Together, permettra de limiter la propagation du coronavirus, croit la province. Elle est gratuite pour ceux qui veulent l'utiliser.

Lorsqu’un utilisateur est déclaré infecté à la COVID-19, il peut choisir d'inscrire ses informations dans la banque de repérage de Services de santé Alberta (AHS).

L’application utilise ensuite ces informations pour repérer les personnes qui, au cours des dernières 24 heures, ont passé plus de 15 minutes dans un rayon de 2 mètres ou moins de l'utilisateur.

Les cellulaires des personnes utilisant l'application communiquent par Bluetooth et envoient un avis aux utilisateurs concernés. Ceux-ci seront également contactés par AHS qui leur offrira de passer un test de dépistage de la COVID-19.

Réduire les limites humaines

L'application sert donc à repérer les contacts de la personne infectée, tout comme le fait déjà l'autorité elle-même dans ses enquêtes manuelles. Or, le fait de poser des questions à la personne infectée présente des limites, puisque celle-ci ne se rappelle pas toujours avec qui elle a été en contact ou les lieux qu'elle a fréquentés.

Si une personne peut se souvenir des endroits où elle est allée, comme l’épicerie, l’endroit visité, lui, n’a pas toujours la capacité de contacter toutes les personnes qui ont été en contact avec elle, ajoute Services de santé Alberta.

S’appuyer sur la capacité de la personne de se rappeler toutes ses interactions peut être un défi.

Services de santé Alberta

Repérage et vie privée

L'organisme dit travailler avec le Commissariat à l’information et à la protection de la vie privée de l’Alberta pour garantir la confidentialité des données privées. Le Commissariat n'a par ailleurs pas encore donné son aval à l'utilisation de l'application par la province.

Aucune donnée de géolocalisation n’est collectée, les données relatives aux rencontres étant stockées sous une forme cryptée sur le téléphone cellulaire de l’utilisateur. Elles seront ensuite transmises à AHS et au gouvernement et sont supprimées après 21 jours. Les numéros de téléphone ne sont jamais transmis aux autres utilisateurs de l’application, assure AHS, qui soutient que l'outil est conçu dans un souci de confidentialité.

L'organisme explique que le modèle de l’application est semblable à celui utilisé à Singapour pour enrayer la propagation du virus. Il reconnaît par ailleurs que l’application pourrait être inefficace, si le taux d’adoption est trop bas.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !