•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une intelligence artificielle crée une nouvelle chanson d’Elvis Presley

Illustration numérique du concept de son.

Le système présenté par OpenAI permet de créer de la nouvelle musique, avec de la voix, à partir d'extraits audio et de paroles.

Photo : iStock

Radio-Canada

Le laboratoire de recherche en intelligence artificielle américain OpenAI a dévoilé jeudi Jukebox, un nouveau système qui est capable de générer de la musique et des prestations vocales dans le style d’un artiste, en se nourrissant d’extraits audio.

Si les quelques résultats fournis en exemples par l’équipe de recherche de San Francisco sont loin d’être des chefs-d’œuvre, on peut tout de même y reconnaître une certaine signature musicale qui rappelle celle des artistes dont on a utilisé des pièces pour entraîner l’intelligence artificielle.

OpenAI a ainsi mis en ligne une étrange chanson de Jukebox, inspirée d’Elvis Presley, intitulée Mitosis (qui signifie mitose, un phénomène de division cellulaire). Les paroles ont été écrites par un autre système de texte généré par intelligence artificielle, mais c’est Jukebox qui a composé la musique et la mélodie, et qui a « chanté ».

L’an dernier, OpenAI avait mené une expérience similaire en se basant sur de la musique en MIDI, un langage beaucoup plus simple à décoder pour une intelligence artificielle. Il n’y avait pas non plus la difficulté additionnelle d’avoir à comprendre et à reproduire des paroles.

Cette fois, ce sont des enregistrements audio bruts, avec la voix et les différents instruments mélangés, qui ont été utilisés comme données de base pour créer de la musique originale.

L’équipe de recherche d’OpenAI a assigné différentes tâches à son nouveau système d’intelligence artificielle : créer des chansons originales, interpréter de nouvelles paroles de chanson en empruntant le style particulier d’un artiste, ou compléter une chanson en se basant seulement sur les 10 premières secondes de l’œuvre originale et sur ses paroles, par exemple.

À voir les résultats, cette intelligence artificielle est encore bien loin de pouvoir remplacer des musiciens et des musiciennes. On peut constater que Jukebox ne comprend pas des concepts de base que l’être humain saisit instinctivement, comme la répétition des refrains.

« Si les chansons générées montrent une certaine cohérence musicale et suivent des progressions d’accords traditionnelles, et peuvent même comprendre d'impressionnants solos, nous n’y retrouvons pas de structures musicales plus grandes, comme des refrains qui se répètent », explique l’équipe d’OpenAI dans un résumé de l’article qui présente Jukebox.

OpenAI dit espérer que son modèle pourra, à terme, être utile pour les créateurs et créatrices de musique. « Nous prévoyons que la collaboration entre l’être humain et les modèles deviendra un espace de création de plus en plus excitant. »

Avec les informations de The Verge

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Intelligence artificielle

Techno