•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Enquête au Manoir Liverpool : la neutralité du CISSS remise en question

La résidence pour personnes âgées du Manoir Liverpool du secteur Saint-Romuald à Lévis, vue de l'extérieur en mars 2020.

Le CISSS de Chaudière-Appalaches dit être troublé par les lacunes observées depuis 2014 au Manoir Liverpool.

Photo : Radio-Canada

À peine vient-il d'annoncer la tenue d'une enquête au Manoir Liverpool que le CISSS de Chaudière-Appalaches est déjà accusé d'être à la fois juge et partie. Des employés du réseau public sont mal à l'aise par rapport au discours du CISSS, et un regroupement demande à ce que l'enquête soit carrément confiée à une autre instance.

C'est clair pour moi que c'est la police qui enquête sur la police, illustre Johanne Pratte, directrice générale de l'Association des ressources intermédiaires d'hébergement du Québec (ARIHQ).

Avec son enquête annoncée mercredi, le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Chaudière-Appalaches veut faire la lumière sur les lacunes observées depuis 2014 relativement aux soins et aux services offerts au Manoir Liverpool.

Or, le CISSS et le Manoir sont liés par divers contrats, rappelle Mme Pratte. Uniquement depuis 2017, le CISSS a versé plus de 11 millions de dollars à cette résidence privée pour aînés. 

Par exemple, 64 lits du Manoir sont en ressource intermédiaire, c'est-à-dire qu'ils accueillent des patients issus du réseau public. Des professionnels du CISSS y travaillent aussi quotidiennement.

Mme Pratte craint donc que le CISSS ne puisse pas mener cette enquête en toute neutralité. C'est important de savoir qu'est-ce qui est arrivé du côté des deux parties, souligne-t-elle.

Ça laisse de la place à toutes sortes de soupçons comme ça, et il va y avoir un rapport d'enquête et les gens vont avoir encore l'impression que la lumière n'aura pas été faite.

Johanne Pratte, directrice générale de l'Association des ressources intermédiaires d'hébergement du Québec
Johanne Pratte, directrice générale de l'Association des ressources intermédiaires d'hébergement du Québec.

Johanne Pratte, directrice générale de l'Association des ressources intermédiaires d'hébergement du Québec

Photo : Radio-Canada

Le protecteur du citoyen?

Si on veut vraiment régler ce dossier-là, comprendre ce qui s'est passé avec un objectif d'éviter que ça se reproduise [...], ça prend vraiment une tierce partie dans ce dossier-là, ajoute Mme Pratte.

Selon elle, le meilleur organisme pour déclencher une enquête transparente et objective sur le Manoir Liverpool serait le protecteur du citoyen.

Par courriel, le protecteur du citoyen n'a pas voulu indiquer s'il a déjà enquêté sur le Manoir Liverpool dans le passé, ou s'il compte le faire à la suite du reportage diffusé par Radio-Canada.

Toutefois, le protecteur du citoyen indique par courriel que, lorsqu'il fait enquête dans le réseau de la santé, il assure le suivi complet, de l’acceptation jusqu’à l’implantation de ses recommandations.

Malaise chez les employés

Des travailleurs du CISSS sont également indisposés par les façons de faire de leur employeur. Ils estiment qu'ils doivent mentir lorsqu'ils annoncent aux familles des résidents du Manoir Liverpool qu'une enquête aura lieu.

Radio-Canada a mis la main sur un document interne, distribué jeudi, qui précise justement ce message à livrer aux familles.

On peut y lire que les employés du CISSS doivent mentionner que l’organisation est troublée par certaines révélations et veut faire la lumière à ce sujet.

Cependant, plusieurs professionnels de la santé digèrent mal cette affirmation. Selon eux, cela sous-entend que le CISSS n’était au courant d’aucune allégation soulevée par le reportage initial de Radio-Canada.

Ça ne se peut pas qu’ils ne sachent pas. Ça fait des années qu’on le dit, lance un employé qui n’a pas voulu être identifié par crainte de représailles.

Je suis un peu découragé de mon employeur qui demande de mentir délibérément.

Un employé du CISSS de Chaudière-Appalaches

Un autre employé, qui a aussi demandé à ce qu’on protège son identité, se dit mal à l’aise, sachant très bien que c’est faux. C’est le fait qu’ils disent publiquement qu’ils sont troublés. On est plusieurs à rapporter ces faits-là.

Lacunes colligées et signalées

Depuis la diffusion du reportage de Radio-Canada, le CISSS s’est dit troublé à quelques reprises. Il affirme ne pas avoir décelé, lors de ses inspections, les lacunes signalées par de nombreux témoins.

Pourtant, des travailleurs de la santé du CISSS de Chaudière-Appalaches ont décelé différentes lacunes au cours des dernières années.

Ils disent aussi les avoir signalées à leur supérieur : résidents sans bain pendant des semaines, collaboration difficile avec le Manoir Liverpool, manque de matériel, résidents qui attendent des heures avant qu’on réponde à leur cloche d’appel, etc.

Le CISSS assure qu'il est neutre

Par courriel, le CISSS dit comprendre les craintes concernant la neutralité de son enquête, mais rappelle qu'elle sera réalisée par la direction de la qualité, évaluation, performance et éthique.

Cette direction est indépendante de celles qui offrent les services directement à la résidence et n'a donc pas de lien hiérarchique avec les employés qui sont sur le terrain et les gestionnaires de ceux-ci, note la porte-parole Mireille Gaudreau.

Le CISSS a d’ailleurs confié et officialisé cette responsabilité à cette direction il y a plus d'un an afin de garantir la neutralité et l’objectivité des enquêtes. Nous prendrons le temps de bien communiquer ce processus aux employés du CISSS.

Mireille Gaudreau, porte-parole du CISSS de Chaudière-Appalaches

Le processus d’enquête nous permettra d’établir et objectiver les propos tenus par nos employés ainsi que les processus de gestion et de communication, poursuit-elle.

Mme Gaudreau ajoute que les gestionnaires du CISSS seront inclus dans le processus d'enquête et que si des manquements sont observés, des conséquences pourraient s'appliquer.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Établissement de santé