•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : la province veut connaître l'origine ethnique des malades

L’infirmière en chef de Soins communs Manitoba, Lanette Siragusa, en gros plan pendant une conférence de presse.

L’infirmière en chef de Soins communs Manitoba, Lanette Siragusa, a annoncé que le personnel de la santé va demander aux personnes ayant été déclarées positives au test de dépistage de la COVID-19 au Manitoba d’indiquer leur origine ethnique.

Photo : Radio-Canada / Gary Solilak

Dès vendredi, le personnel de la santé va demander aux personnes ayant été déclarées positives à la COVID-19 au Manitoba d’indiquer leur origine ethnique.

Cette mesure vise à permettre à la province de mieux évaluer la prévalence de la maladie chez certaines catégories de populations et de voir si elle en touche certaines plus que d’autres.

Les réponses aux questions « ne sont pas obligatoires », a tout de même précisé l'infirmière en chef de Soins communs, Lanette Siragusa. Elle encourage cependant les gens à répondre. « C’est important pour nous aider dans la surveillance du virus », a-t-elle expliqué.

Les informations seront conservées de manière sécurisée et seront anonymes, a promis Lanette Siragusa.

La province travaille à la collecte des données depuis un certain temps, notamment en consultant les communautés des Premières Nations pour conclure une entente sur la façon dont cela sera fait, a précisé l'infirmière en chef de Soins communs.

Cette annonce intervient alors que la province a enregistré quatre nouveaux cas de COVID-19, ce qui porte le total des cas confirmés et présumés à 279.

Seuls 38 cas sont encore actifs,et 235 personnes ont été guéries. Cinq personnes sont toujours à l'hôpital, et le Manitoba compte toujours six morts.

Au total, 25 402 tests ont été analysés depuis le début du mois de février, dont 689 jeudi.

Les personnes qui ont été déclarées négatives à la COVID-19 pourront, dès la semaine prochaine, connaître les détails des résultats.

Un portail en ligne sécurisé a été mis en place. Ceux qui sont déclarés négatifs recevront une fiche d'information sur la façon de s'inscrire et d'y accéder, a expliqué Lanette Siragusa.

Pour ceux qui n'ont pas la carte d'assurance maladie du Manitoba ou qui n'ont pas accès à Internet, un numéro sans frais sera disponible à partir de la semaine prochaine, a-t-elle ajouté.  

Plus de 600 employés de la santé testés

Par ailleurs, la province a indiqué que 601 employés du secteur de la santé ont été dépistés pour la COVID-19 au cours de la dernière semaine.

Au total, 33 cas ont été détectés parmi le personnel de santé depuis le début de la crise. Dix-neuf de ces personnes sont, depuis, guéries.

Pour éviter toute contamination de personnes âgées, la mesure forçant les salariés des maisons de retraite à ne travailler que dans un seul établissement est entrée en vigueur vendredi.

Jeudi, 121 établissements étaient prêts. « Ils le sont tous maintenant », ont indiqué les autorités dans un communiqué.

Campagne d’information

La province a aussi lancé une campagne, intitulée Prudence COVID, destinée aux lieux de villégiature pour « rappeler aux personnes qui vont à leur chalet et aux campeurs les règles qu'elles doivent suivre », précise le communiqué.

La campagne va comporter de la signalisation et des barrages routiers pour distribuer de l'information.

Malgré tout, le mot d'ordre principal du Dr Brent Roussin est toujours le même.« Restez chez vous autant que possible. N'allez pas au travail, faire du magasinage ou rendre visite à des gens si vous êtes malades. De même, ce n'est pas le moment d'organiser ou de participer à une vente de garage », a mentionné le médecin hygiéniste en chef.

Il a aussi précisé certaines recommandations concernant les terrasses. Comme elles sont autorisées à rouvrir à partir de lundi, un peu de confusion règne autour de la mesure, alors que les groupes sont limités à 10 personnes maximum et que les restaurants ne peuvent accueillir qu'un maximum de personnes limité à 50 % de leur capacité.

« Je ne recommande pas de s’asseoir à une table avec 10 personnes qui ne font pas partie du même foyer », a indiqué le Dr Roussin, tout en ajoutant : « Deux facteurs vont tout de même réduire de manière draconienne le risque de transmission dans ces lieu : le fait d'être dehors et le fait que l'occupation maximale des terrasses est réduite. »

Nouveaux lieux de dépistage pour les sans-abri

La province envisage également l'ouverture d’un nouveau lieu de dépistage de la COVID-19 à Thunderbird House, au centre-ville de Winnipeg. 

Il permettrait de s'assurer qu'un plus grand nombre de personnes sans-abri ou qui utilisent des refuges à Winnipeg ont accès aux tests, ont déclaré les responsables de la santé.

Un nouveau service de test mobile pour les personnes qui ne peuvent se déplacer sera également offert dans les deux prochaines semaines.

Enfin, le 16e centre de dépistage de la COVID-19 dans la province a ouvert à Swan River.

Celui-ci offre une clinique de dépistage au volant et est ouvert tous les jours de 10 h 30 à 15 h.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !