•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Comment planifier des camps d’été pendant une pandémie

Certains camps de vacances offrent des activités nautiques, comme le canot.

Certains camps de vacances offrent des activités nautiques, comme le canot.

Photo : La Presse canadienne / David Goldman

Des groupes plus petits? Plus d’activités extérieures? Des camps en ligne? Toutes les possibilités sont envisagées par différents organisateurs de camps d’été en Ontario.

L'incertitude plane toujours sur la tenue des camps d'été en Ontario, contrairement au Québec. Des organismes se préparent tout de même à une ouverture éventuelle et espèrent pouvoir offrir des activités après des semaines de confinement.

Les municipalités attendent des directives claires de la province avant de prendre une décision sur leur programmation.

Entre temps, des organismes francophones se préparent à une ouverture qui sera bien différente cette année.

Un enfant lors d'une activité de peinture.

L'Alliance française de Toronto organise habituellement des ateliers artistiques dans le cadre de ses camps.

Photo : avec la permission de l'Alliance française de Toronto / Genevieve Thauvette

À l’Alliance française de Toronto, le directeur des communications et du marketing, Christophe Plantiveau, ne s’attend pas à ce que les activités soient autorisées au début juillet.

La belle surprise sera de nous dire que les enfants peuvent passer un été comme tous les étés dans des camps, ce qui me surprendrait beaucoup

Christophe Plantiveau, directeur des communications et du marketing à l’Alliance française de Toronto

Par conséquent, l’équipe de l’Alliance française envisage trois scénarios : un calendrier qui demeure inchangé, un ajustement au calendrier, ou une formule complètement différente où des activités seraient offertes en ligne pour de petits groupes.

Photo d'un garçon qui joue du xylophone.

Des jeunes à l'un des camps d'été de l'Alliance française de Toronto

Photo : Courtoisie de l'Alliance française de Toronto

Le plan de déconfinement de la province dévoilé le 27 avril a donné quelques indications aux organismes sur l’état actuel de la situation, bien qu’aucun échéancier ne soit clair pour l’instant.

Pour le directeur général et culturel du Carrefour francophone de Sudbury, Stéphane Gauthier, le plan du gouvernement Ford confirme que le climat actuel est encore trop incertain pour annoncer des dates claires de déconfinement.

On comprend qu’on est encore dans l’incertitude et la prudence, affirme-t-il.

Tout comme l’Alliance française, son équipe planche sur trois types de scénarios, mais il espère de tout coeur pouvoir offrir des activités en personne pour les jeunes qui sont confinés à la maison depuis des semaines.

On pense aux parents et aux enfants qui vont vouloir avoir un peu de diversité, d’alternatives, d’activités avec le désir de retourner à un semblant de réalité.

Stéphane Gauthier, directeur général et culturel du Carrefour francophone de Sudbury
Un groupe de jeunes au parc.

La Clé d'la Baie espère pouvoir organiser à nouveau des camps d'été cette année.

Photo : La Clé d'la Baie

La Clé d’la Baie, dans le comté de Simcoe, compte aussi sur un retour progressif aux activités pour garantir une expérience en personne aux jeunes. Leur clientèle sont des enfants de 5 à 12 ans et la directrice générale Sylvia Bernard ne voit pas comment un camp de jour pourrait se déplacer en ligne.

On souhaite que les jeunes puissent se revoir. Quand on veut s’amuser avec des amis, ça ne se fait pas nécessairement bien virtuellement.

Sylvia Bernard, directrice générale de La Clé d’la Baie

Former son personnel pour une nouvelle réalité

L’autre grande priorité pour les organismes est de mettre en place des mesures accrues d’hygiène et de distanciation sociale qui respecteront les directives de la santé publique.

Le recrutement de personnel est en cours et les employeurs veulent s’assurer que tous les travailleurs soient formés adéquatement lorsqu’une ouverture des services sera annoncée.

Un groupe d'enfants au zoo.

La Clé d'la Baie organise habituellement plusieurs camps d'été dans le comté de Simcoe.

Photo : La Clé d'la Baie

Stéphane Gauthier espère que les organismes seront bien aiguillés et que de la formation adéquate sera disponible.

Il va falloir respecter les consignes, mais en même temps nous on demande qu’il y ait de la formation adaptée pour pouvoir bien équiper les moniteurs, les artistes et notre personnel, explique-t-il.

De son côté, Sylvia Bernard pense aussi à différentes stratégies et la façon dont elles seront mises en place.

Elle croit que l’application de nouvelles mesures se fera naturellement pour ses employés et les familles, après des semaines de confinement dans une nouvelle réalité.

Si on avait dû faire ça au début de la crise, je crois que les gens auraient trouvé ça difficile. Maintenant les gens sont habitués. Ils vont à l’épicerie où il y a des mesures de distanciation sociale.

Sylvia Bernard, directrice générale de La Clé d’la Baie

Le gouvernement de l'Ontario a commencé à publier des lignes directrices sur la santé et sécurité pour différents secteurs de l’économie, afin que les entreprises se préparent à une réouverture éventuelle.

Pour le moment, aucune directive n’a été publiée sur les activités récréatives et les camps, mais le premier ministre Doug Ford affirme que d’autres secteurs continueront d’être ajoutés à cette liste.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !