•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Croissance et salaires plus élevés dans le secteur minier en Abitibi-Témiscamingue

Une excavatrice mécanique à l’œuvre dans une mine à ciel ouvert.

L'industrie minière a vu ses salaires augmenter en 2018 en Abitibi-Témiscamingue.

Photo : iStock

L'Abitibi-Témiscamingue a connu une bonne croissance dans le secteur minier en 2018 selon le dernier rapport Mines En chiffres. Le rapport révèle que le nombre d’emplois, le salaire annuel moyen dans ce secteur et la valeur des livraisons ont augmenté.

Louis Madore, analyste pour les données minières à l’Institut de la Statistique du Québec (ISQ), explique que l’ISQ n’a pas encore publié les données de 2019, car seules les données provisoires sont disponibles, mais que les données finales sont encore attendues

C’est aussi le temps pour nos répondants, les établissements miniers, de faire le bilan complet de leur année pour nous fournir leur opération là et il y a toujours un délai qui se crée, indique-t-il.

Hausse des emplois et des salaires

Dans la région, en 2018, le secteur minier employait une grande proportion des travailleurs dans cette industrie, c’est-à-dire 23,1 % des emplois dans le secteur minier au Québec (4 412 emplois). Cela représente 365 emplois miniers de plus depuis 2017, une hausse de 9,7 %. La majorité de ces emplois, soit 82,2 %, se trouve dans l’extraction de l’or.

Non seulement le nombre d’emplois, mais également le salaire annuel moyen ont augmenté dans le secteur minier dans la région. De 2017 à 2018, le salaire annuel moyen a monté de 108 293 $ à 111 691 $, une augmentation de 3,1 %.

La présidente-directrice générale de l’Association minière du Québec, Josée Méthot, suggère que cette hausse peut s’expliquer par la pénurie de main-d’oeuvre.

Ça se pourrait fort bien qu’on ait des conditions de travail plus attrayantes pour attirer les gens et garder les personnes déjà à l’emploi, mentionne-t-elle.

La directrice générale de l’Association de l’exploration minière du Québec (AEMQ) Valérie Fillion souligne qu’environ 37 % des 5 000 emplois dans le domaine de l’exploration minière au Québec se trouvent en Abitibi-Témiscamingue, et 25 %, dans le Nord-du-Québec et la Côte-Nord.

L’exploration plus touchée par la crise de la COVID-19?

Selon Valérie Fillion, l’année 2018 était plutôt stable en termes d’exploration.

En 2018, on est comme sur un semblant de plateau. On pensait qu’on était sur une remontée. Depuis 2016, ça avait commencé à remonter tranquillement, et c’est sûr qu’avec la situation actuelle, il n’y aura pas de record en exploration, reconnaît-elle.

La crise de la COVID-19 risque d’affecter davantage le domaine de l’exploration minière plutôt que celui de la production minière, pense Louis Madore, car elles dépendent beaucoup de l’investissement et du marché mondial.

Je m’attendrais, encore là, ce n’est pas confirmé, à ce que 2020 soit une année beaucoup plus difficile, estime-t-il. Ces compagnies-là (d’exploration minière) n’ont pas d’actifs corporels, ce sont des compagnies qui ont des actifs, mais en termes de projets, elles n’ont pas d’installations.

C’est sûr que ça va toucher tout le monde, précise-t-il. Les compagnies de production doivent modifier leur façon de travailler. Toutefois, les coûts engendrés par ces perturbations ne seront peut-être pas trop importants.

L'or, une matière fructueuse en 2018

En 2018, l’Abitibi-Témiscamingue détenait 23,7  % de la valeur totale des livraisons minérales de la province avec, un montant de 2,54 G $. La région a donc vu sa livraison augmenter de 12,4 % depuis 2017.

Josée Méthot estime que ces données confirment les projections optimistes qui avaient été effectuées pour 2018.

Évidemment, on est toujours content de voir qu’il y a une belle évolution de la valeur des livraisons minérales. Si on regarde les chiffres provisoires, pour 2019, on approche le 11 milliards de dollars de livraison, ajoute-t-elle.

Un graphique à ligne brisée démontrant la valeur des livraisons minérales dans différentes régions du Québec de 2000 à 2019.

L'Abitibi-Témiscamingue est la seule région qui a connu une hausse graduelle et constante de la valeur de ses exportations minières depuis 2010.

Photo : Rapport Mines en Chiffres / Institut de la Statistique du Québec

En 2018, l'Abitibi-Témiscamingue est la deuxième région avec la plus grande valeur de livraison, après la Côte-Nord, qui a livré une valeur 2,61 G $. Par ailleurs, contrairement aux autres régions du Québec, la valeur des livraisons minérales a augmenté chaque année en Abitibi-Témiscamingue depuis 2010.

Louis Madore, note que le prix de l’or crée des conditions favorables en Abitibi-Témiscamingue, où on trouve beaucoup d’entreprises aurifères.

Le cas de l’Abitibi-Témiscamingue, c’est un cas particulier par rapport à d’autres régions, note M. Madore.

Autant la valeur de l’or que la valeur des actifs des mines aurifères, ça semble assez stable. On a une courbe qui est toujours en croissance et assez régulière. Dans le cas de certaines autres substances comme le fer, ces compagnies-là font face à des crises, observe-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !