•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les pêcheurs de homard des Îles n’auront pas à payer leur cotisation à l’Office

Plan rapproché d'un homard.

Un homard

Photo : Reuters / Brian Snyder

L’Office des pêcheurs de homard des Îles-de-la-Madeleine suspend les cotisations de ses membres.

Ainsi, les 325 pêcheurs de homard n’auront pas à payer le montant, qui était de 0,03 $ la livre l'an dernier, pour assurer leur adhésion à l'organisme.

La coordonnatrice de l’organisation, Nadine Cyr, explique qu'il s'agit d'une décision des membres qui craignent que le marché soit inondé du crustacé, ce qui fera chuter les prix. J’ai l’impression que les homards vont arriver en même temps sur les marchés. Ça fait que ça va peut-être être difficile à écouler.

Les frontières sont fermées jusqu'à nouvel ordre ce qui signifie pour l'instant des pertes financières importantes pour les Madelinots.

Je pense que ça va être très difficile, les restaurants sont fermés, les casinos sont fermés, les croisières sont fermées. C’était de bons marchés pour les industriels.

Nadine Cyr, coordonnatrice, Office des pêcheurs de homard des Îles-de-la-Madeleine
Des bateaux de pêche aux Îles-de-la-Madeleine

Des bateaux de pêche aux Îles-de-la-Madeleine

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

L’Office des pêcheurs de homard des Îles est un organisme qui négocie le prix du homard au nom des 325 propriétaires de bateau.

Comme les états financiers n’ont pas encore été adoptés, il est impossible de savoir à combien s’élèvent les réserves dans le bas de laine de l’organisme. L’an dernier, les gestionnaires avaient prévu 242 000 $ en cotisation.

Nathalie Cyr assure que l’Office peut passer une année et demie sans revenu. On est facilement à l’aise pour une année sans avoir la contribution.

Un pêcheur lance une bouée à l'eau. Il se trouve sur un bateau et est entouré de casiers pour la pêche au homard.

Un pêcheur de homard aux Îles-de-la-Madeleine

Photo : Radio-Canada / Philippe Grenier

Pour le capitaine-propriétaire Normand Deraspe, il s'agit d'une bonne décision. L'an dernier, cette cotisation a représenté pour lui un montant d'un peu plus de mille dollars.

Cependant, il faudrait bien plus, notamment un programme spécifique d'Ottawa.

Il y a des programmes de sorties et ça ne s’applique malheureusement pas aux petits pêcheurs comme nous autres, explique M. Deraspe. On a habituellement juste un salaire et on arrive en bas de 20 000 $ de salaire [...] Le programme du gouvernement c’est pour 20 000 et plus. Comme moi, il me manque 300 $ pour arriver à 20 000 $ en salaire. Je n’ai pas le droit au programme. On a demandé qu’ils changent ça.

Le premier ministre du Canada Justin Trudeau.

Le premier ministre du Canada Justin Trudeau.

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Pourtant, Ottawa a prévu un programme de 62,5 millions de dollars pour les transformateurs des produits de la mer.

Cette aide est également destinée aux pêcheurs selon la députée de Gaspésie—Les Îles-de-la-Madeleine, Diane Lebouthillier.

Il y a quelques jours, les représentants des pêcheurs affirmaient que ce programme est insuffisant pour compenser toute l’industrie canadienne. Il y a aussi d'autres programmes, mais les pêcheurs considèrent qu'ils sont mal adaptés à leur réalité.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Industrie des pêches