•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Camps de jour et distanciation physique : un casse-tête insurmontable?

Des enfants jouent sous un grand parachute de tissu coloré.

Au Manitoba, certains camps ont déjà annoncé qu'ils n'auront pas lieu cet été.

Photo : La Presse canadienne / John Hart

Radio-Canada

Comment les camps de jour vont-ils s’organiser, tout en respectant les mesures d'éloignement physique imposées par le gouvernement manitobain pendant le déconfinement? Les organisateurs se le demandent et craignent de ne pas pouvoir ouvrir cet été.

Le gouvernement manitobain a autorisé la réouverture des camps de jour à partir du 4 mai, si les interactions entre les enfants sont limitées à de « brefs échanges » et que leur nombre est limité à 16 par groupe. 

L’Association des camps du Manitoba, qui représente 35 camps de séjour accrédités et 3 camps de jour, se demande en quoi consistent ces brefs échanges.

Est-ce que cela concerne les parents qui déposent leurs enfants et parlent aux employés? Si un enfant tape dans une balle et que c’en est un autre qui la récupère, est-ce qu’ils peuvent se parler demande Kim Scherger, la directrice générale de l’Association.

On a beaucoup de questions, on a besoin qu’elles soient clarifiées, ajoute-t-elle. 

Les membres de l’Association se demandent également comment faire respecter l'éloignement physique dans les groupes d’enfants. La province limite les rassemblements dans les espaces publics à 10 personnes, mais les camps de jour peuvent accueillir jusqu’à 16 enfants.

Si un groupe va au parc, où il n'est pas permis de se rassembler à plus de 10 personnes, comment ça se passe? demande la directrice générale de l’Association.

Et comment mener à bien les programmes d’activités, si 2 mètres de distance doivent être respectés à tout moment entre les enfants et les animateurs? Kim Scherger mentionne, par exemple, le défi que va représenter l’installation d’un harnais pour que les enfants fassent de l’escalade.

Elle dit avoir contacté deux députés provinciaux pour clarifier la situation et qu'elle attend toujours une réponse de leur part.

La première phase de déconfinement nous amène à la mi-juin pour les camps de jour. Les camps de nuit ont espoir de pouvoir ouvrir en juillet et en août, mais la façon dont ils vont être organisés est toujours en train d’être élaborée, dit-elle. 

Ouvrir ou ne pas ouvrir?

Malgré le feu vert de la province, bien des organisateurs sont encore incertains de pouvoir assurer leurs camps d'été.

À l'Université de Saint-Boniface, aucune décision n'a pour le moment été prise quant à l’offre de Camplus sur campus. Nous sommes en train d’évaluer notre capacité de respecter les exigences sanitaires, indique par courriel la coordonnatrice des communications de l'université, Dominique Philibert.

La Division de l'éducation permanente, qui s'occupe de ces camps d'été, espère pouvoir trancher d’ici une dizaine de jours, ajoute-t-elle.

Le Manitoba Theatre for Young People a bon espoir de pouvoir ouvrir les siens, mais il est trop tôt pour une décision définitive, indique un porte-parole. Il en va de même pour les camps d'été Mini U programs, proposés par l’Université du Manitoba.

Stephanie Middagh, qui tient Artful Owl, un centre d’art pour enfants qui organise des camps de jour, se pose également des questions. En apprenant que les camps pouvaient de nouveau être offerts, elle a été prise d’un élan d’enthousiasme. Maintenant qu’elle réfléchit à la façon de mener à bien les programmes, tout en gardant les enfants en sécurité, elle est plus préoccupée.

Kim Scherger indique que cinq des camps d’été de l’Association, notamment ceux offrant des programmes pour les enfants atteints de cancer et de diabète, ont déjà pris la décision de rester fermés cet été.

Les autres, pour la plupart, attendent la décision des inspecteurs de la Santé publique du Manitoba, car ce sont ces derniers qui donneront ou non aux camps l’autorisation d'ouvrir leurs portes.

Ils se demandent toutefois quelle est leur responsabilité envers la communauté et le bien-être des enfants et des parents, préicise Kim Scherger.

Avec des informations de Marianne Klowak

L'évolution de la COVID-19 d'heure en heure

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !