•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les commandes de masques communautaires pleuvent sur Frëtt Design

Une boîte de masques en cours de confection.

Des milliers de masques sont en cours de confection chez Frëtt Design et ses couturières complices.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Les commandes pleuvent sur l'entreprise Frëtt Design, de Caplan, qui a mis sur pause la confection de vêtements pour se lancer dans la production à grande échelle de masques communautaires lavables.

Alors que les experts en santé publique recommandent désormais le port du masque non médical dans les endroits où la distanciation physique n'est pas possible, Frëtt Design compte les commandes par dizaines de milliers.

C'est fou raide!, lance la propriétaire Michelle Secours. On a beaucoup de demandes, on a beaucoup d'appels et de courriels.

Moins de deux semaines après la mise en vente du produit, 26 000 masques sont déjà en production. L'entreprise prévoit coudre dans les prochaines semaines 100 000 masques, soit le double des prévisions initiales.

Certaines grandes entreprises passent des commandes de plus de 15 000 masques afin d'équiper leurs employés.

La production pourrait atteindre 40 000 masques par semaine d’ici une dizaine de jours, puisqu'une centaine de couturières des quatre coins du Québec participent aux efforts pour freiner le virus.

Une couturière derrière sa machine à coudre en train de confectionner des masques non médicaux.

« On contribue à quelque chose qui est tellement plus grand que nous, un projet qui devient beaucoup plus grand que ce qu'on pouvait imaginer aussi », affirme la couturière de Paspébiac Monique Quesnel.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

On a été obligés d'embaucher à toute vitesse trois personnes qui font uniquement du service à la clientèle pour rassurer et expliquer, mentionne Michelle Secours.

Car, en plus de la gestion des commandes, l’entreprise doit également contenir l’anxiété de certains de ses clients préoccupés par le déconfinement.

« C’est un volet qui prend beaucoup de temps et auquel on ne s’attendait pas », affirme Michelle Secours.

Les gens sont inquiets, on se retrouve avec des gens qui paniquent : des gens qui doivent aller à l’hôpital, des gens qui doivent retourner au travail... J’ai même vu des gens débarquer ici en pleurant pour avoir des masques. C’est quelque chose!

Michelle Secours, propriétaire de Frëtt Design
Michelle Secours photographiée derrière sa machine à coudre.

Michelle Secours a complètement réinventé son entreprise en raison de la COVID-19.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Avant la mise en vente, Frëtt Design a produit plus d'une centaine de prototypes de masques communautaires. Un laboratoire mandaté par le ministère de la Santé a même testé les produits.

L'entreprise serait donc prête à se lancer dans la production de masques chirurgicaux pour les travailleurs de la santé, mais le processus d'homologation est long et complexe.

Toutes les personnes qui ont eu des initiatives en matière d’équipement de protection individuelle et qui ont tenté de faire homologuer leur produit frappent un mur, parce qu'il n'y a pas de laboratoire au Canada et qu'il faut envoyer tous ces produits-là dans des laboratoires certifiés américains, explique Mme Secours.

Elle estime qu'il est désormais vital de relocaliser la production et la certification d'équipements de protection au pays.

Michelle Secours n’exclut pas, d’ailleurs, de réorienter la production de Frëtt Design en ce sens, même après la pandémie, afin de confectionner localement des équipements avec des textiles durables et lavables.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !