•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Oui, les petits Québécois pourront aller dans les camps de jour cet été

Un guide de directives paraîtra sous peu, a fait savoir la CAQ jeudi.

Une fillette dans un jeu d'eau.

Les camps de jour devraient ouvrir à la fin de juin ou au début de juillet.

Photo : Radio-Canada / Guillaume Croteau-Langevin

La Presse canadienne

Il y aura des camps de jour l'été prochain au Québec, malgré la crise actuelle du coronavirus.

Le gouvernement Legault a fait savoir qu'un guide comportant des directives paraîtra vendredi ou en début de semaine prochaine.

La ministre des Affaires municipales, Andrée Laforest, l'a confirmé au terme d'une commission parlementaire virtuelle jeudi soir.

Cependant, Mme Laforest a indiqué que la décision d'ouvrir les camps allait néanmoins dépendre de la maîtrise de la situation pandémique dans les écoles primaires qui reprendront leurs activités en mai.

C'est la Direction de la santé publique qui nous dirige, a-t-elle déclaré en mêlée de presse virtuelle après la commission.

Les municipalités auront le temps d'embaucher des moniteurs d'ici à l'été, a-t-elle ajouté. Les camps de jour devraient ouvrir à la fin de juin ou au début de juillet.

L'opposition officielle s'inquiète des implications de l'ouverture des camps et du respect des directives de distanciation sociale.

C'est impossible, la distanciation physique en camp de jour, a déclaré la députée libérale Marie-Claude Nichols, en mêlée de presse virtuelle.

Les enfants seront contents de revoir leurs amis, ça va être hypercompliqué.

Marie-Claude Nichols, députée de Vaudreuil et porte-parole de l’opposition officielle en matière de sécurité publique

Les municipalités sont plutôt partagées, a-t-elle ajouté : certaines disent qu'elles vont tout fermer, d'autres, qu'elles sont prêtes.

Elle se demande à qui sera refilée la facture plus élevée des camps si on est tenu d'abaisser le ratio moniteur-enfants.

Le député Andres Fontecilla, de Québec solidaire, a pour sa part soutenu qu'il sera très difficile de tenir des camps de jour à Montréal, puisque la ville est frappée de plein fouet par la pandémie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique provinciale

Politique