•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : des entreprises ne seront pas prêtes à ouvrir le 4 mai

Un montage montre la date du 4 mai sur un calendrier avec des bâtiments en arrière-plan

Des entreprises pourront ouvrir leurs portes le 4 mai au Manitoba, une date qui arrive trop rapidement pour certains.

Photo : Radio-Canada / Elliott Sloan

Les réactions sont partagées quant au plan de relance économique dévoilé mercredi par le premier ministre manitobain, Brian Pallister. Si certains se réjouissent de cette décision, d'autres se disent surpris par son caractère hâtif et ne seront pas prêts à ouvrir lundi prochain.

Le président de l'Association des dentistes du Manitoba le dit d'entrée de jeu : le retour au travail de ses membres se fera progressivement.

Marc Mollot parle d'une une rentrée mesurée qui mise sur la sécurité, avec à la clé des changement dans la façon de procéder des dentistes.

Il y aura des changement dans les cabinets de dentistes par rapport au nombre de personnes qui pourront y entrer. On va aussi fermer la salle d'attente au public. Les médecins comme les patients vont se protéger avec des masques et des blouses, précise-t-il.

Enfant en consultation chez le dentiste

L'Association des dentistes dit que la rentrée aura lieu graduellement.

Photo : Radio-Canada

Toutefois, Marc Mollot affirme qu'il va falloir attendre l'arrivée de nouvelles commandes car il y a en ce moment une pénurie de ce type d'équipements médicaux dans l'ensemble du pays.

De nombreux dentistes ont donné leurs stocks à leurs collègues médecins lorsque le coronavirus s'est déclaré, explique-t-il.

Une rentrée graduelle, c'est ce que compte faire également l'ostéopathe Gilles Noël, qui dit avoir été surpris par la date du 4 mai.

Je ne suis pas préparé. Je me sens comme si j'ai beaucoup de choses à faire en très peu de temps. Je reçois des courriels de mes patients qui demandent à ce que je les mette sur la liste pour la semaine prochaine. Cela m'a pris un peu par suprise, dit-il.

Gilles Noël,devant un mur de briques

Gilles Noël, ostéopathe

Photo : Radio-Canada / Colombe Fortin

Il indique qu'il doit aussi porter un masque lui-même et pouvoir offrir du désinfectant pour les mains à ses patients. Or la plupart des articles de protection sont réservés au personnel de santé dans les hôpitaux, dit-il.

Et ça ne semble pas être le seul hic.

Chez nous, c'est une maison qui a été transformée en espaces de bureau et tout le monde a son cabinet, mais on a une salle d'attente commune. Alors, il faut être d'accord sur le protocole à mettre en place, ajoute Gilles Noël.

Élizabeth Magué, propriétaire du salon de coiffure éponyme situé sur l'avenue Portage, à Winnipeg, aurait voulu elle aussi avoir quelques semaines d'avis pour mieux préparer son retour au travail.

Je pense que de nous dire trois jours avant qu'on doit rouvrir le 4 mai, c'est une annonce subite parce qu'il faut se préparer psychologiquement et penser à ce qu'il faut faire pour se protéger contre le virus.

Elle dit craindre pour sa santé, d'autant plus que dans l'exercice de son métier, il est difficile de respecter la distanciation physique.

Une bonne nouvelle pour d'autres

Pour sa part, Michel Pilon, gérant du club de golf Harbour View à Winnipeg, ne cache pas sa joie de voir les golfeurs fouler son parcours dès la semaine prochaine.

Je dois dire que je m'attendais plus à une réouverture le 1er juin. Mais, c'est une très bonne nouvelle. On va définitivement être prêt lundi.

Un terrain de golf.

Un terrain de golf

Photo :  CBC / Tom Ayers

Selon lui, tout sera mis en place pour assurer la sécurité du personnel et des clients. Par ailleurs, il est même persuadé que la saison de golf sera cette année très bonne parce que beaucoup de gens ont envie de faire des activités extérieures.

Ce retour partiel au travail était également attendu par la Chambre de commerce du Manitoba. Je pense que nos membres et les entreprises partout dans la province vont être ravis. Beaucoup ont subi une baisse de leurs revenus, note la porte-parole francophone de l'organisme, Karen Viveiros.

Elle rappelle que les entreprises sont durement touchées par cette pandémie.

Notre dossier COVID-19 : les services ouverts ou fermés dans votre région

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !