•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Manifestants anticonfinement à Edmonton : la santé publique fait une mise en garde

Personnes avec des pancartes.

Près de 200 manifestants ont bravé l'interdiction de rassemblement de la province pour manifester contre les mesures de confinement en Alberta.

Photo : La Presse canadienne / Jason Franson

Radio-Canada

La médecin hygiéniste en chef de l'Alberta, Deena Hinshaw, a réagi à la manifestation de centaines de personnes devant le palais législatif en rappelant que la province n'a pas encore échappé à la menace de la COVID-19.

Environ 200 personnes se sont réunies devant l’Assemblée législative à Edmonton mercredi, malgré l’interdiction de rassemblement, pour manifester contre les mesures de confinement mises en place par la province.

La manifestation organisée par le groupe End the Lockdown Alberta avait pour objectif de demander un assouplissement des mesures de confinement imposées par la province pour ralentir la propagation de la COVID-19.

La Dre Hinshaw reconnaît que la situation actuelle est meilleure que les prédictions originales du gouvernement et que la province doit se préparer à assouplir progressivement les ordonnances de santé publique.

Elle ajoute cependant qu'un déconfinement trop rapide pourrait avoir de graves conséquences.

Nos premières prédictions peuvent encore se réaliser. Nous n’avons pas échappé à la menace du virus. Nous avons simplement ralenti sa propagation rapide grâce à nos actions collectives, affirme la médecin hygiéniste en chef de l’Alberta.

Le porte-parole de l’organisation, Michael Banner, soutient quant à lui que l’Alberta a réussi à aplatir la courbe de progression de la COVID-19, c’est-à-dire à éviter un pic incontrôlable du nombre de nouveaux cas. Il demande donc au gouvernement d’assouplir les mesures de confinement.

Michael Banner en entrevue durant la manifestation.

Le porte-parole du groupe End the Lockdown, Michael Banner, demande au gouvernement albertain d'assouplir les mesures de confinement.

Photo : Radio-Canada

Nous avons fait la bonne chose en tentant d’aplatir la courbe et d’éviter que notre système de santé ne soit surchargé. Si on va plus loin que ça, c’est une autre stratégie. On essaye maintenant d’éviter que des gens en bonne santé n'attrapent le virus [...] C’est une stratégie d’éradication, et c’est complètement différent, dit-il.

Il est maintenant temps de s’attaquer à d’autres risques comme l’effondrement de notre économie, ajoute-t-il.

Zel, une manifestante qui n’a pas voulu donner son nom de famille, croit que l’Alberta exagère la menace représentée par la COVID-19 et ne craint pas les risques de contamination.

Je crois que mon corps a besoin de côtoyer les virus pour s'y habituer et les combattre. Je n'ai jamais vécu dans une bulle de protection et je ne commencerai pas maintenant [et] je ne ne me tiens pas trop près des gens, dit-elle.

La manifestation a pris fin rapidement, lorsque l'organisateur a recommandé aux gens de se disperser, à la demande des policiers.

Je ne m’attendais pas à ce qu’autant de gens viennent, avoue Michael Banner.

Début du déconfinement

Cette semaine, le premier ministre albertain a annoncé qu’il envisage la réouverture de certains aspects de l'économie au mois de mai, sans toutefois préciser de date.

Malgré des projections plus optimistes de la progression de la COVID-19 dans la province, le pic d’infection n'est toutefois pas encore atteint, selon les autorités sanitaires albertaines.

Le pic de la pandémie est prévu maintenant pour la fin du mois de mai.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Avec les informations de Mirna Djukic

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !