•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Un homme saute d'une luge devant une caméra sur un trépied.

Éric Gauthier aime bien faire le clown pour transmettre la matière de son cours de physique.

Photo : Radio-Canada / Jimmy Chabot

Radio-Canada

Avec la pandémie de COVID-19 est venue une nouvelle manière d’enseigner. Enseignant de physique à la Cité des Jeunes de Kapuskasing, Éric Gauthier se rend là où ses élèves sont pour transmettre sa matière: YouTube. Il partage quotidiennement des vidéos sur sa chaîne.

L’enseignant de 12e année avoue qu’il est difficile d’obliger les élèves à faire les travaux, comme plusieurs travaillent en ligne de front dans les épiceries ou sont au chevet de leurs proches malades.

À travers YouTube, il a trouvé une belle avenue pour accrocher ses jeunes à suivre ses leçons. Éric Gauthier s'arrange toujours pour garder ses gaffes ou ses chutes au montage finale.

Le but des vidéos est de faire en sorte que les élèves aient envie de rire. À leur insu, ils apprennent quelque chose. Je m’arrange pour qu’ils reviennent me voir me ridiculisé.

Une citation de :Éric Gauthier, enseignant de physique
Un homme sur son ordianteur.

La salle de classe de M. Gauthier est devenu son immense terrain à Moonbeam.

Photo : Radio-Canada / Jimmy Chabot

Daniel Léonard prend un plaisir à regarder les leçons sur YouTube de son enseignant.

Dès fois, c’est pas mal drôle quand qu'il fait des erreurs , dit-il à notre journaliste montrant une vidéo de M.Gauthier qui reçoit un médaillon en pleine face dans une unité sur la dynamique des forces.

Dernièrement, je regarde plus M. Éric sur YouTube que mes youtubeurs favoris.

Une citation de :Daniel Léonard, finissant de l'école secondaire catholique Cité des Jeunes
Un jeune de 19 ans assis devant sa maison.

Grâce à la magie de YouTube, Daniel Léonard se sent comme en salle de classe grâce au cours quotidien de Monsieur Éric.

Photo : Radio-Canada / Jimmy Chabot

En début de semaine, l'enseignant a mis ses vidéos publiques sur sa chaîne YouTube: M. Éric Gauthier. (Nouvelle fenêtre)

Si ça peut permettre à d’autres élèves au pays de suivre de la physique ou de la chimie préuniversitaire et de s’amuser en même temps, tant mieux.

Une citation de :Éric Gauthier, enseignant de physique
Un homme installe un trépied dans sa cour.

Quand Radio-Canada s’est rendue à son domicile, Éric Gauthier utilisait tout ce qui traînait dans son garage pour enseigner la matière de son cours.

Photo : Radio-Canada / Jimmy Chabot

Sa résidence de Moonbeam est transformée en véritable laboratoire. Échelle, arc à flèche, luge et balle de tennis sont devenus le temps d’une matinée ses nouveaux outils de travail.

Normalement en classe, j’ai de l’équipement spécialisé pour mes démonstrations. Là c’est broche à foin, mais en même temps j’enseigne la science et je veux montrer aux élèves que c’est à la portée de tout le monde.

En amour avec cette nouvelle façon d’enseigner

En salle de classe, M.Gauthier faisait aussi des trucs loufoques avec ses élèves.

Ce qui est le fun avec l’ordinateur, c'est que pendant un mouvement je peux ajouter au montage des flèches avec les forces de vitesse, dit celui qui met entre 3 à 5 heures pour faire le montage de ses leçons sur vidéo.

Un homme donne une classe sur Youtube.

Éric Gauthier donne une classe de physique préuniversitaire sur la conservation de momentum.

Photo : Capture d'écran: Youtube: M. Éric Gauthier

Au retour en salle de classe, le résident de Moonbeam a envie de continuer à explorer des choses similaires.

Ça me donne envie de voir si je ne pourrais pas avoir un jour une classe interactive, ou les jeunes pourraient voir les flèches sur leur cellulaire pendant que je fais mes démonstrations. Ce serait beaucoup plus facile, affirme celui qui développe des projets pour faire avancer la société dans ses temps libres.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !