•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Retour à l'école : de 75 à 80 % des élèves pourraient être en classe

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Un enfant dans une salle de classe lève le bras en tenant un crayon dans sa main.

Le reportage de Pierre-Alexandre Bolduc

Photo : iStock

Le retour à l'école devrait être très couru le 11 mai dans certaines régions du Québec. Plusieurs commissions scolaires rapportent qu'environ 80 % des élèves devraient être en classe.

La Commission scolaire de la Beauce-Etchemins parle d'un joyeux casse-tête car 8000 de ses 10 000 élèves du primaire devraient reprendre l'année scolaire le 11 mai.

Pour certains milieux, on va être obligés de regarder du côté de nos écoles secondaires pour combler les classes excédentaires que ça va créer, explique le directeur général, Normand Lessard.

Dans certaines écoles, comme à l'Étincelle de Sainte-Marguerite, on attend plus de 90 % des élèves.

J'ai bonne espérance. Le défi est de taille, mais on a connu de nombreux défis. On a connu des inondations, mais je peux vous dire, sur le plan organisationnel, celui-là est vraiment particulier.

Normand Lessard, directeur général, Commission scolaire de la Beauce-Etchemins

L'enthousiasme des parents est beaucoup plus grand. Alors, je pense qu'on peut avoir du 75 - 80 % sans grande difficulté qui pourraient répondre à l'appel, indique pour sa part Pierre Lapointe, directeur général de la Commission scolaire de la Capitale.

Des réponses cette semaine

Des écoles primaires des commissions scolaires des Premières-Seigneuries et de la Capitale demandent aux parents de signifier dès cette semaine si leurs enfants fréquenteront leur école à la réouverture, le 11 mai prochain.

Il s’agit d’une façon pour les écoles de mieux se préparer, afin que le retour en classe se fasse de façon harmonieuse, à la fois pour les enfants et le personnel.

Cependant, cette façon de faire ne correspond pas à la directive annoncée le 27 avril par le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge.

Le ministre avait alors prié les parents de contacter l'école de leurs enfants jusqu'à une semaine avant la reprise des cours.

Il faut que les gens se fassent une tête, parce qu'au plus tard le 4 mai, je veux que les parents avisent l'école [en disant] : "Eh bien, moi, je vais l'envoyer la semaine suivante, avait-il donné en exemple.

La date butoir déjà dépassée

Les parents d'élèves fréquentant la Commission scolaire des Premières-Seigneuries avaient pourtant jusqu'à jeudi matin, 10 h, pour faire part de leur décision.

La Commission scolaire de la Capitale donne pour sa part aux parents jusqu’à demain, 16 h, pour remplir le formulaire de fréquentation scolaire.

On comprend que certains parents ont besoin de plus de temps de réflexion, mais nous actuellement, on chapeaute 30 000 élèves. Plus on a l'information rapidement, plus on peut mettre en place rapidement les structures, affirme la secrétaire générale, Martine Chouinard.

C’est tout un défi logistique, dans des écoles qui accueillaient jusqu’à 500 élèves dans des classes de 24, 25, 26 enfants. On va se retrouver avec des groupes à effectifs réduits. Les capacités d’accueil des écoles pourraient être rapidement atteintes, mentionne le directeur général de la Commission scolaire de la Capitale, Pierre Lapointe.

Martine Chouinard accorde une entrevue à la journaliste de Radio-Canada Alexandra Duval.

Martine Chouinard, secrétaire générale de la Commission scolaire des Premières-Seigneuries

Photo : Radio-Canada

Un questionnaire par enfant

Un questionnaire doit être rempli pour chaque enfant d’une même famille. Il demande notamment aux parents de donner le nom de l’école fréquentée, le programme, le niveau scolaire, si l’enfant sera de retour ou non à l’école, s’il fréquentera le service de garde et à quelle fréquence ou encore s’il utilisera le transport scolaire.

Le nombre d’enfants par école aura des répercussions sur l’organisation des classes et des locaux des services de garde.

Ces mesures demandent plus d’une semaine de préparation, surtout dans un secteur où les écoles primaires sont pleines. La Commission scolaire des Premières-Seigneuries souhaite la construction de quatre écoles primaires supplémentaires sur son territoire.

Il y a une règle de 15 enfants par classe. Est-ce qu'il y a des élèves qu'il faudra déplacer de classe ou encore vers des écoles secondaires? Si on doit séparer des groupes, ça nous prend aussi du personnel supplémentaire, illustre Martine Chouinard.

Le taux de fréquentation aura aussi une incidence sur le transport scolaire. Les horaires des parcours devront être ajustés.

Les chauffeurs plus âgés ne seront pas tous de retour au travail non plus.

On est une commission scolaire à pleine capacité dans nos établissements et dans nos véhicules scolaires. On pouvait transporter jusqu'à 66 enfants dans nos véhicules. Maintenant avec les nouvelles règles, c'est 12 enfants, mentionne Martine Chouinard, qui est aussi responsable du transport.

Une décision irréversible?

Dans les questionnaires, les commissions scolaires soulignent également que si le parent décide d’envoyer son enfant à l’école, ce choix doit être maintenu jusqu’à la fin de l’année scolaire.

Il s’agit d’un questionnaire générique. S'il y a des situations particulières, qui nécessitent une flexibilité, on va évaluer chaque situation, affirme Martine Chouinard.

Tous les parents qui souhaiteraient modifier leurs intentions pourront le faire une semaine à l’avance, assure Pierre Lapointe.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !