•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Démolition d'une maison centenaire dans l'Est de Montréal

La maison Lapointe, construite en 1916 au coin des rues Notre-Dame Est et Liébert, n'est plus qu'un souvenir.

La maison Lapointe (1916-2020) était située sur au 8221 rue Notre-Dame Est coin Liébert.

La maison Lapointe (1916-2020) était située au 8221, rue Notre-Dame Est, au coin de la rue Liébert.

Photo : Atelier d'histoire Mercier-Hochelaga-Maisonneuve

Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Dans l'arrondissement Mercier–Hochelaga-Maisonneuve, il ne reste plus qu'un amas de bois de la maison Lapointe que les grues et pelles s'affairent à ramasser. Récemment vendue, elle était dans un état si lamentable qu'il aurait fallu y investir des centaines de milliers de dollars pour la sauver.

Une perte que déplore l'historien William Gaudry.

« La particularité de la maison Lapointe, c'est qu'elle était la propriété d'une famille pionnière à Longue-Pointe, son constructeur Donat Lapointe est un descendant de Pierre Desautels dit Lapointe, un des premiers concessionnaires à Longue-Pointe en 1690. »

— Une citation de  William Gaudry, historien et directeur, Atelier d'histoire Mercier-Hochelaga-Maisonneuve

Donat Lapointe était le quatrième enfant d'Hormidas, maire de la municipalité de la paroisse de Longue-Pointe, l'actuel quartier Mercier, en 1887. En 1912, lui et son frère vont hériter de la terre et subdiviser la partie au nord de l'avenue Souligny. Ils vont tracer trois rues, soit Lapointe, Saint-Donat et Saint-Émile, explique William Gaudry.

En 1922, la maison est vendue à Joseph Charlebois, propriétaire de la compagnie de bois et de charbon Wilson & Frères. Vendue à nouveau en 1952, son propriétaire en a fait une maison de chambres. C'est la vocation qu'elle va conserver jusqu'à sa démolition, poursuit-il.

La maison Lapointe est maintenant démolie.

La maison Lapointe est maintenant démolie.

Photo : Radio-Canada / Karine Mateu

Tirer des leçons

Le maire de l'arrondissement Mercier–Hochelaga-Maisonneuve, Pierre Lessard-Blais, se désole de sa destruction, mais il n'y avait plus rien à faire, dit-il. En décembre dernier, son administration avait dû demander aux propriétaires de quitter les lieux et d'y établir un périmètre de sécurité.

« Dans ces conditions-là, c'est clair qu'on ne pouvait pas s'acharner pour la maintenir en place, alors il fallait procéder à la démolition, malheureusement. Les coûts estimés des rénovations étaient plus élevés que la valeur de la maison. »

— Une citation de  Pierre Lessard-Blais, maire de l'arrondissement Mercier–Hochelaga-Maisonneuve
La maison Lapointe a été démolie fin avril 2020.

La maison Lapointe a été démolie à la fin d'avril 2020.

Photo : Radio-Canada / Karine Mateu

Mettre fin à la méconnaissance

Pour William Gaudry, il faut que cette démolition serve de leçon. Dans les années 90, les propriétaires, dit-il, ont approché la Ville pour trouver de l'aide pour sa rénovation, mais il était trop tard.

« Il y a une méconnaissance sur la signification historique des bâtiments. On a dans le Vieux-Montréal, le Plateau, le Sud-Ouest beaucoup d'inventaires patrimoniaux, mais très peu pour des quartiers périphériques. »

— Une citation de  William Gaudry, Atelier d'histoire Mercier-Hochelaga-Maisonneuve

Pour que cela ne se reproduise plus, l'arrondissement a mandaté l'Atelier pour qu'il réalise un inventaire du patrimoine du quartier, explique le maire Pierre Lessard-Blais. Des fiches qui vont pouvoir être publiques et les propriétaires, les organismes, les promoteurs vont savoir c'est quoi leurs responsabilités, indique-t-il. Il assure que cela permettra à l'arrondissement de mettre en place une politique de gestion éclairée de son patrimoine.

Devant de la maison Lapointe photographiée en 2001 par l'Atelier d'histoire de Mercier-Hochelaga-Maisonneuve.

Façade de la maison Lapointe, photographiée en 2001 par l'Atelier d'histoire de Mercier-Hochelaga-Maisonneuve.

Photo : Atelier d'histoire Mercier-Hochelaga-Maisonneuve

Aucun élément architectural, vitraux ou lustres, par exemple, n'a échappé à la démolition.

Vitraux, portes en bois et rosaces ornaient l'intérieur de la maison Lapointe.

Intérieur de la maison Lapointe en 2001.

Photo : Atelier d'histoire Mercier-Hochelaga-Maisonneuve

Selon le maire, le nouveau propriétaire n'a pas encore déposé de permis de construction pour un futur bâtiment. Le terrain est zoné commercial.

Dans le quartier Mercier, il ne reste maintenant que deux maisons associées à des familles pionnières : la maison Brouillet dit Bernard, située au coin des rues Pierre-Bernard et Bellerive, et la maison Ethan-Allen, située au coin des rues Mercier et Bellerive, explique William Gaudry.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !