•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Desjardins investit 150 millions dans les régions

Guy Cormier parle aux journalistes.

Guy Cormier, président du Mouvement Desjardins

Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

Desjardins va injecter 150 millions de dollars dans différents projets qui lui seront proposés au Québec et en Ontario jusqu’en 2024. Le PDG Guy Cormier dit vouloir « contribuer à stimuler la relance, à stimuler des projets ».

Les sommes prévues viennent des excédents de Desjardins, de l’argent frais qui a pour objectif de soutenir financièrement des projets qui nourrissent la vitalité économique des régions, l’emploi, l’éducation, la santé et le développement durable, notamment.

Je pense à Charlevoix, a dit Guy Cormier à RDI économie mercredi soir, où on me disait que l’emploi en région, c’est un défi. Comment garder nos jeunes en région? Des gens avaient des idées de partir des entreprises ensemble [...], avaient besoin d’un fond, voulaient partir un incubateur. Alors, ça pourrait prendre cette forme-là.

Desjardins affirme que ce sont des investissements financiers et non des prêts qui sont proposés en fonction de différents critères. L’objectif est d’aider au démarrage de bonnes idées, de soutenir de jeunes pousses qui ont des plans d’affaires de toutes sortes. Les personnes intéressées peuvent, dès maintenant, contacter Desjardins dans leur région.

En plus du Fonds du Grand Mouvement, de 150 millions de dollars, Desjardins crée le Fonds C qui prévoit l’investissement de 10 millions dans la croissance des entreprises, une compétition d’innovation en collaboration avec Google et Bonjour Startup Montréal, de nouveaux engagements avec la plateforme de sociofinancement La Ruche et avec l’École d’entrepreneurship de Beauce.

Moi, ce que je souhaite avec le message qu’on lance aujourd’hui, a dit le PDG de Desjardins, c’est qu’on [veuille] garder les milieux en vie, on [veuille] garder les entreprises en santé, contribuer à leur relance. Et si à travers le leadership de Desjardins, on peut inciter d’autres entreprises à suivre un peu ce qu’on fait et avoir le goût aussi à la relance de la société, je pense que c’est aussi dans notre mission chez Desjardins.

Des résultats à la baisse

Par ailleurs, Desjardins précise que la volatilité des marchés et la récession influeront sur ses résultats financiers du premier trimestre 2020. Guy Cormier affirme toutefois que l’institution a une bonne capacité financière en raison de la diversification de ses activités.

On a franchi le cap des 500 000 demandes d’allègements qui ont été autorisées par le Mouvement Desjardins et plus de 35 000 prêts avec le Compte d’urgence au niveau du gouvernement fédéral, dit le PDG de Desjardins. On voit un certain ralentissement depuis une semaine alors que le gros des demandes a été fait de la mi-mars à mi-avril. On voit qu’avec les mesures gouvernementales fédérales et provinciales, il y a de l’argent qui a été injecté dans les comptes.

Personne n’a perdu son emploi depuis le début de la crise de la COVID-19 chez Desjardins, dit Guy Cormier, si bien que 85 % des quelque 47 000 employés sont en télétravail, alors que 15 % se trouvent dans les points de service physiques de l’entreprise.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !