•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : pas de déconfinement en vue au Nunavut

Deux personnes marchent sur une route enneigée. On voit des habitations en arrière-plan.

Les autorités sanitaires du Nunavut affirment qu'il est encore trop tôt pour envisager la levée des mesures de confinement au territoire.

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Alors que plusieurs provinces au pays se préparent à un déconfinement graduel, les autorités sanitaires du Nunavut affirment que le territoire est encore loin d’envisager un tel scénario.

Nous devons assurer que les Nunavummiut [habitants du Nunavut, NDLR] sont en sécurité, a insisté le premier ministre Joe Savikataaq, en point de presse.

Avant de lever quelque restriction que ce soit, le médecin hygiéniste en chef du territoire, Michael Patterson, a indiqué que trois critères devront impérativement être remplis.

Nous devrons d’abord être en mesure d’effectuer des tests de diagnostic [de la COVID-19] au territoire, ce qui veut dire qu’il faudra mettre en place un programme rapide, précis et complet de dépistage, a-t-il expliqué.

Depuis le début de la pandémie, les tests de dépistage de la COVID-19 sont envoyés dans le sud du pays à des fins d’analyse, car le territoire ne dispose pas de laboratoires prévus à cet effet.

Quinze technologies de diagnostic de la COVID-19 ont jusqu’à maintenant été approuvées par Santé Canada. L’une d’entre elles, appelée GeneXpert, pourrait d’ailleurs être fonctionnelle au Nunavut, a fait savoir le Dr Patterson.

Cette dernière peut analyser les molécules d’un écouvillon nasal en moins de 45 minutes, selon l’entreprise américaine Cepheid qui l'a conçue.

Un tube tenu par une infirmière qui porte des gants médicaux bleus.

Le Nunavut devra être en mesure d'analyser ses propres tests de dépistage de la COVID-19 avant d'envisager la levée des mesures de confinement, selon le Dr Patterson.

Photo : Associated Press / Ted S. Warren

Michael Patterson a par ailleurs indiqué que la levée des restrictions impliquerait qu’aucun cas de COVID-19 ne soit enregistré au territoire.

Il faudra aussi que le nombre de cas diminue drastiquement dans les juridictions du Sud où les Nunavummiut ont l’habitude de se rendre, a-t-il aussi expliqué.

Ces principales destinations comprennent le Québec, l’Ontario, le Manitoba, l’Alberta et les Territoires du Nord-Ouest.

Il va falloir qu’elles aient passé le pic et que leurs chiffres soient en décroissance constante, a-t-il précisé.

Lorsque la situation le permettra, les garderies figurent parmi les établissements qui seront les premiers à rouvrir au territoire, selon le Dr Patterson.

En point de presse, les autorités sanitaires ont par ailleurs annoncé qu’elles prolongeaient jusqu’au 14 mai l’état d’urgence sanitaire.

Il n’existe toujours pas de cas confirmé de COVID-19 au Nunavut. Mercredi, 219 personnes attendaient toujours le résultat de leur test de dépistage.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !