•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un hélicoptère militaire canadien a disparu entre la Grèce et l'Italie

Six personnes se trouvent à bord, selon l'Agence France-Presse.

Un hélicoptère se pose sur un navire en mer.

Un hélicoptère CH-148 Cyclone du même type que celui qui a disparu en mer Ionienne.

Photo : Forces armées canadiennes / Matelot de 3e classe Raymond Kwan

Radio-Canada

Un exercice militaire auquel prenait part le Canada, mercredi, en mer Ionienne, semble avoir mal tourné.

Les Forces armées canadiennes (FAC) ont fait part sur leurs réseaux sociaux en fin de journée d'une situation en cours d'évolution concernant un hélicoptère de type CH-148 Cyclone.

Le contact avec l’hélicoptère a été perdu alors qu’il participait à des exercices avec des membres alliés près de la Grèce, écrivent-elles sur Facebook et Twitter.

Le premier ministre Justin Trudeau a confirmé la nouvelle dans un tweet peu après 20 h. Il a ajouté qu'une opération de recherche et de sauvetage était en cours et que d'autres mises à jour seraient fournies dès que possible.

L'appareil disparu est rattaché au NCSM Fredericton, expliquent les FAC. Cette frégate participe ces jours-ci à l'opération Reassurance – une mission de l'OTAN en Europe centrale et en Europe de l’Est.

Les militaires sont posés sur le pont de la frégate, devant l'hélicoptère.

L'équipage du NCSM Fredericton, le 29 janvier dernier

Photo : Facebook/Royal Canadian Air Force (Cpl Simon Arcand)

Six personnes se trouvaient à bord de l'hélicoptère, selon l'Agence France-Presse, qui cite une source militaire grecque ayant requis l'anonymat.

Une source du gouvernement grec a déclaré à CBC News qu'un corps avait été retrouvé.

La source militaire de l'AFP explique que l'appareil se trouvait au moment de sa disparition dans les eaux internationales, à 50 milles marins [92,6 kilomètres] au large de l'île grecque de Céphalonie, dans la zone couverte par l'Italie.

Une opération de surveillance sous l'égide de l'OTAN se serait déroulée la veille (mardi) dans les eaux territoriales de la Grèce, avec la participation de frégates italienne, grecque et turque.

Toujours selon la source militaire de l'AFP, des forces navales et aériennes grecques seront prêtes à contribuer à une opération de sauvetage si l'Italie le demande.

Le navire de guerre quittant son port d'attache.

Le NCSM Fredericton

Photo : La Presse canadienne

Le NCSM Fredericton a quitté le port d'Halifax le 20 janvier pour un déploiement de six mois en Europe. Il se trouve en ce moment dans la mer Ionienne, une partie de la mer Méditerranée située au sud de la mer Adriatique.

La Marine canadienne a rappelé au pays plusieurs de ses navires en raison de la pandémie de COVID-19, mais pas le NCSM Fredericton. Il a fait escale en Italie le mois dernier et devait poursuivre sa mission en Grèce ainsi qu'en mer Noire.

Le NCSM Fredericton est actuellement l'un des huit navires qui sont rattachés au 2e Groupe maritime permanent de l'OTAN (SNMG2) et chargés d'assurer une présence militaire visible en Méditerranée.

Du Sea King au Cyclone

L'armée canadienne n'a commencé à utiliser ses Cyclones qu'en 2018, après plus d'une décennie de problèmes de développement, de retards et de dépassements de coûts.

Ce type d'appareils avait été choisi pour remplacer les vieux Sea King de l'armée, mais la substitution a été beaucoup plus longue que prévu.

À l'origine, l'armée devait recevoir 28 Cyclones du constructeur Sikorsky à partir de novembre 2008. Mais le premier hélicoptère n'a été livré qu'en juin 2015 et, même alors, l'appareil ne convenait qu'à l'entraînement. Seuls 18 Cyclones ont été livrés à ce jour.

Depuis 2018, l'armée a commencé à utiliser ses Cyclones pour participer à de véritables opérations militaires. L'un d'eux a néanmoins été endommagé l'année dernière alors qu'il tentait de se poser sur un navire dans l'océan Pacifique.

Avec les informations de Agence France-Presse, et La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !