•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une résidence privée pour aînés évacuée d'urgence dans l'est de Montréal

Deux personnes en habit de protection soutiennent une femme en jaquette qui marche vers un minibus.

Une femme est évacuée de la Résidence Bellerive par le CIUSSS de l'Est-de-l'Île-de-Montréal, le 29 avril 2020.

Photo : Radio-Canada / René Saint-Louis

Radio-Canada

Une éclosion de COVID-19 dans une résidence privée pour aînés (RPA) de l'est de Montréal a mené à son évacuation mercredi matin après que le propriétaire eut signalé son incapacité à prendre soin des résidents.

Le CIUSSS de l'Est-de-l'Île-de-Montréal a dépêché une équipe sur place pour procéder à l'évacuation de la Résidence Bellerive, située sur la rue Notre-Dame Est, dans Pointe-aux-Trembles.

La résidence possède quelque 120 logements, mais seulement 23 personnes s'y trouvaient au moment de l'intervention du CIUSSS.

Le CIUSSS agit de manière préventive, puisque des cas de COVID-19 ont été confirmés chez certains résidents, a confirmé par courriel la relationniste du CIUSSS, Catherine Dion.

Jeudi dernier, une femme a été déclarée positive au test de dépistage de la COVID-19. Elle fait de la fièvre, mais elle se maintient. Elle s'en sort pas si pire, a expliqué mercredi son fils, Benoît Auger.

On a su cette semaine que sa voisine en diagonale a aussi été testée positive, a-t-il ajouté, dénonçant du même coup le va-et-vient de nombreuses personnes, dont des employés du CIUSSS qui ne portaient ni gants ni masques à certains moments.

Des employés désertent

La mère de M. Auger a été transférée dès vendredi par le CIUSSS dans la zone rouge de l'hôtel des Gouverneurs, situé près de la place Émilie-Gamelin.

Après l'annonce de ce premier diagnostic positif, il semble que la majorité des employés aient déserté la résidence. Le propriétaire et sa famille sont demeurés sur place pour prendre soin des patients. Ce dernier a toutefois dû signaler au CIUSSS son incapacité à combler tous leurs besoins en raison du manque de personnel.

Le CIUSSS répond ainsi au souhait du propriétaire qui a nommé son incapacité à assurer la santé et la sécurité des 23 résidents de la ressource en contexte de pandémie, a expliqué Catherine Dion.

Notons que la Résidence Bellerive a fait l'objet de rapports d'inspection négatifs de la part des autorités de santé par le passé. Le CIUSSS accompagne ainsi depuis quelques années déjà la direction de cette résidence afin de redresser la qualité des soins. Depuis longtemps, le CIUSSS supervise étroitement la résidence, a confirmé Mme Dion.

Les résidents pris en charge mercredi ont, comme la mère de Benoît Auger, été transférés vers l'hôtel des Gouverneurs.

Le CIUSSS certifie que chacun sera accompagné individuellement par du personnel de santé publique afin de veiller à ce qu'ils reçoivent tous les soins adéquats.

Une résidente en détresse

L'évacuation a tout de même donné lieu à des scènes troublantes. Josée Paquette a par exemple tenté de rassurer sa mère pendant plusieurs heures à travers la fenêtre de la résidence.

La femme de 84 ans a développé une relation avec un autre résident au cours des derniers mois. Elle le promène dans son fauteuil roulant, et ça leur fait du bien au moral, a raconté sa fille.

La résidente espérait ainsi pouvoir être transférée avec son compagnon. Ce matin, je lui ai parlé et elle m’a dit qu’elle avait hâte parce qu’elle partait avec lui, a expliqué sa fille.

Or, il semble que le CIUSSS n'ait pu accéder à cette demande. Je l’ai rappelée plus tard et elle pleurait parce que monsieur André venait de partir en ambulance. Elle était choquée dans la chambre, elle criait dans le téléphone.

Lorsque des employés du CIUSSS ont voulu transférer la femme de 84 ans dans la camionnette pour la mener vers l’hôtel des Gouverneurs, elle était trop agitée. Elle a donc dû être conduite à l’Hôpital Santa Cabrini en ambulance.

Une ambulance est stationnée près d'un bâtiment. Des gens aident une personne en fauteuil roulant.

Le CIUSSS de l'Est-de-l'Île-de-Montréal a dû transférer une patiente en état de choc vers l'Hôpital Santa Cabrini.

Photo : Radio-Canada / René Saint-Louis

Tout ça parce qu’ils ne se sont pas arrangés, a déploré Josée Paquette.

J’ai demandé hier matin que le transfert se fasse avec son copain. Ils m’ont dit : "Oui, on va faire notre gros possible".

Avec les informations de René Saint-Louis

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !