•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des élèves de 5e secondaire réclament une dernière journée d’école

Des élèves de 5e secondaire en habits de finissants.

Des élèves finissants de l'Institut secondaire Keranna ont lancé une pétition dans l'espoir de passer une dernière journée d'école avant de terminer le secondaire.

Photo : Florence Farrier

Des élèves de l'Institut secondaire Keranna ont lancé une pétition dans l'espoir d'avoir une dernière journée de secondaire pour dire au revoir à leurs camarades de classe et leurs professeurs. Leur pétition a déjà récolté plus de 2700 signatures et continue d'obtenir des appuis.

Ils aimeraient que les élèves de cinquième secondaire puissent avoir une dernière journée en classe avec leurs professeurs, en respectant les règles de distanciation sociale.

Les quatre adolescents proposent de porter des masques, de mettre des gants et de garder les deux mètres de distance.

Ça me fait un peu de peine, c'est des amis auxquels j'ai tenu, avec qui je suis depuis cinq ans, qui m'ont soutenue dans toutes les étapes de ma vie. Finir comme ça a fini le 12 mars, c'est quelque chose qui est dur à accepter. Je ne pensais pas finir mon secondaire comme ça. Ça fait mal. Ça fait de la peine quand même, souligne Florence Farrier, une des élèves à l'origine de la pétition.

Les jeunes veulent aussi remercier leurs professeurs pour leur soutien au cours des années.

Il y en beaucoup [que] j'ai besoin de remercier, leur dire merci d'avoir cru en moi et pour l'accompagnement à travers les années, continue l'adolescente.

La plupart des membres du groupe d'amis de Florence Farrier iront dans des cégeps un peu partout dans la province. C'est donc une des dernières occasions qu'ils auront de se voir.

La vice-première ministre, Geneviève Guilbault, leur a adressé un message mercredi en point de presse.

Je veux remercier les finissants pour leur compréhension et leur discipline pendant cette crise. Je veux aussi leur dire qu’avec le ministère de l’Éducation, on travaille présentement à trouver une façon de souligner votre graduation et votre diplomation, malgré le contexte actuel, a tenu à assurer la vice-première ministre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !