•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les contrôles routiers seront levés le 18 mai dans les régions de l'Est-du-Québec

Un policier guide un véhicule avec un geste sur une route divisée par des cônes oranges.

Un barrage policier pour surveiller les allées et venues dans les régions. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Guillaume Croteau-Langevin

Les frontières temporaires établies par les points de contrôle mis en place le 28 mars dernier dans les régions de l'Est-du-Québec rouvriront dans un peu plus de deux semaines, si tout va bien ailleurs au Québec avec le déconfinement graduel.

Nos régions seront parmi les dernières à voir leurs barrages levés.

Une première vague d'ouverture aura lieu dès lundi prochain pour les régions des Laurentides, de Lanaudière, de Chaudière-Appalaches et pour la ville de Rouyn-Noranda.

Lors d'une deuxième vague, le 11 mai, les barrages seront levés en Outaouais (à l'exception de Gatineau), en Abitibi-Témiscamingue, au Saguenay-Lac-Saint-Jean et pour le secteur de La Tuque, en Mauricie.

Des policiers contrôlent des automobilistes.

Comme les autres barrages réduisant l'accès à la région du Bas-Saint-Laurent, celui de La Pocatière devrait être levé le 18 mai. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Samuel Ranger

Le 18 mai, ce sera finalement au tour du Bas-Saint-Laurent, de la Gaspésie, des Îles-de-la-Madeleine, de la Côte-Nord et de Charlevoix où les allées et venues cesseront d'être surveillées.

On ignore pour l'instant à quel moment la Basse-Côte-Nord et la Minganie seront déconfinées.

Le virus n'est pas derrière nous, tout n'est pas gagné, a cependant averti la vice-première ministre Geneviève Guilbault, lors du point de presse quotidien de son gouvernement.

Elle a rappelé que malgré la réouverture progressive des régions, il faut toujours éviter les déplacements superflus.

Le déconfinement progressif qu'on fait [...] ce n'est pas une invitation à voyager.

Horacio Arruda, directeur national de la santé publique du Québec

Le directeur national de santé publique, Horacio Arruda a rappelé que la situation sera suivie de près et qu'il n'est pas exclu de revenir en arrière ou de repousser l'échéancier prévu advenant une hausse importante de cas.

Mme Guilbault et le Dr Arruda en conférence de presse.

Le confinement des régions du Québec tire à sa fin, ont expliqué mercredi la vice-première ministre Geneviève Guilbault et le directeur national de santé publique, Horacio Arruda.

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

On va s'assurer qu'il y ait des tests suffisants, qu'il y ait la possibilité de faire des enquêtes, qu'il y ait une marge de manœuvre au niveau hospitalier, a-t-il précisé.

Selon lui, les régions où il y a eu peu de cas sont dans une situation enviable, car elles ont pu apprendre de ce qui s'est passé dans les secteurs du Québec les plus touchés.

Le Bas-Saint-Laurent, la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine et la Côte-Nord continuent de faire partie des régions du Québec les moins touchées par la pandémie en ce qui a trait au nombre de cas déclarés de COVID-19 sur leurs territoires.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !