•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une application pour géolocaliser la COVID-19 au Nouveau-Brunswick

Un usager consulte son téléphone intelligent.

L'estimation du coût de cette application pour téléphone intelligent n'est pas encore disponible. (Archive).

Photo : Radio-Canada / ICI Radio-Canada

Radio-Canada

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick envisage le lancement d’une application mobile qui aide au repérage des contacts des personnes atteintes de la COVID-19. L’application pour téléphone intelligent, développée en partenariat avec l'Université du Nouveau-Brunswick, permettrait de détecter et d’enregistrer les moments où un utilisateur se trouve à proximité d’un autre.

Notre dossier : La COVID-19 en Atlantique

Si un utilisateur de l’application est déclaré porteur du coronavirus, la santé publique pourra consulter son journal électronique pour identifier les autres utilisateurs de l’application qui ont été en contact étroit et récent avec cette personne.

Nous pourrions ensuite communiquer avec ces derniers et les soumettre au test de dépistage de la COVID-19. En gros, le processus permet de retrouver les contacts très, très rapidement , a déclaré Blaine Higgs. Cela pourrait contribuer à réduire les transmissions alors que la province commence à assouplir les restrictions du COVID-19 et jusqu’à ce qu’un vaccin soit disponible, probablement dans 12 à 18 mois.

L’application serait volontaire et pourrait être désactivée.

Blaine Higgs, premier ministre du Nouveau-Brunswick

Le gouvernement explore actuellement une base de données décentralisée pour l’application de recherche de contacts, a relaté Nicolle Carlin, directrice des communications du premier ministre du Nouveau-Brunswick. Un système décentralisé permettrait de stocker les données d’une personne sur son propre téléphone, alors qu’un système centralisé verrait tout cela compilé en un seul endroit.

Blaine Higgs devant des drapeaux du Nouveau-Brunswick et du Canada.

Le premier ministre Blaine Higgs a souligné qu'avec tout développement technologique, la protection de la vie privée des utilisateurs est « toujours un principe primordial. » (Archive).

Photo : Radio-Canada

L’idéation de la mise en place de ce projet progresse très rapidement. Une application n’est pas encore disponible dans la province, mais elle le sera bientôt, a confirmé M. Higgs. Dans deux, trois ou quatre semaines.

L’ombudsman du Nouveau-Brunswick n’a pour le moment pas commenté cette nouvelle.

Onze jours sans nouveaux cas

Mercredi après-midi, la médecin hygiéniste en chef du Nouveau-Brunswick, la Dre Jennifer Russell, confirmait la onzième journée sans nouveaux cas dans la province. La phase actuelle sera plus difficile que ce que nous avons connu jusqu'ici. Pourrons-nous dans les six prochains mois égaler ce que nous avons réussi à faire jusqu'ici? Vos actions futures répondront à cette question, a-t-elle fait valoir, rappelant l'importance de suivre les règlements.

Ce n'est pas viable de rester en confinement indéfiniment. De ce fait, tant qu'il y a des cas à l'extérieur de nos provinces, nous devons demeurer vigilants avec nos frontières.

Dre Jennifer Russell, médecin hygiéniste en chef du Nouveau-Brunswick

Le nombre de personnes ayant contracté la maladie depuis le début de la pandémie est toujours de 118. De ce nombre, 114 sont guéries. Au total, 260 tests ont été effectués au courant des 24 dernières heures.

Le service Info-Santé 811 a reçu 301 appels depuis l'annonce du gouvernement d'agrandir la liste des symptômes permettant les tests de dépistage (Nouvelle fenêtre), mardi.

Depuis le 12 avril, aucune personne n’a été admise à l'hôpital pour une infection au coronavirus. Seules quatre personnes sont toujours infectées, ce qui représente un taux de guérison de 97 %. Une personne seulement est hospitalisée en ce moment et elle ne se trouve pas à l’unité des soins intensifs.

Avec des informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !