•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Manitoba annonce un déconfinement prudent à partir du 4 mai

Brian Pallister parle, debout, derrière un micro et a les mains dans ses poches. On voit en arrière-plan plusieurs image du logo de la province (le mot Manitoba suivi d'une image stylisée de bison).

Brian Pallister est photographié alors qu'il s'adresse aux journalistes en mars 2020.

Photo : La Presse canadienne / John Woods

Le premier ministre manitobain, Brian Pallister, a annoncé mercredi les premières étapes de reprise de l’économie dans la province, dont les mots d’ordre sont prudence et sécurité.

Cette « nouvelle normalité » s'amorcera le 4 mai avec l’ouverture des services non essentiels suivants : les services de santé non urgents comme les dentistes, les optométristes et les podiatres, la physiothérapie, les salons de coiffure, les magasins de vente au détail, les bibliothèques, les musées et les galeries d’art, les terrasses des restaurants, les terrains de camping et les aires de jeu extérieures.

Le nombre de personnes qui seront autorisées à fréquenter ces lieux en même temps sera toutefois limité à 50 % de la capacité normale de l’endroit ou à une personne dans une surface de 10 mètres carré. L'éloignement physique continuera de devoir être respecté. Les rassemblements seront toujours limités à 10 personnes.

La deuxième phase de déconfinement entrera en vigueur au plus tôt le 1er juin, seulement si la première phase est réussie, indique le premier ministre.

Elle touchera les restaurants, les sports sans contact physique pour les enfants, la production cinématographique et les salons de manucure.

Des contrôles seront mis en place entre ces deux premières phases, ajoute Brian Pallister, afin de s’assurer que les commerces respectent les restrictions et que le virus ne regagne pas du terrain. 

J’espère que tout le monde comprend bien qu’on ne peut pas permettre à la COVID-19 de ressurgir, lance-t-il.

Aujourd’hui, nous annonçons le retour de l’économie, mais ce ne sera pas un retour à la normale. Ce sera la nouvelle norme.

Brian Pallister, premier ministre du Manitoba.

Distanciation physique toujours de mise

Le Manitoba a fait partie des dernières provinces à avoir restreint les déplacements et l’ouverture des commerces, mais a été parmi les premières à sensibiliser sa population à la distanciation sociale, souligne Brian Pallister.

Si elle peut aujourd’hui rouvrir son économie, c’est grâce aux efforts de la population, dit-il. 

Cela dit, la lutte contre la COVID-19 n’est pas encore gagnée. La distanciation sociale doit se poursuivre et il n’y aura pas de « complaisance », ajoute le premier ministre.

Les restrictions sur les bars, les piscines publiques, les spas, les salles de sport, les théâtres, les casinos et d'autres centres récréatifs d’intérieur ne seront pas levées avant les prochaines phases. Il en est de même pour les zones où les déplacements sont présentement limités.  

Les rassemblements importants tels que les festivals, les manifestations sportives et les concerts n’auront pas non plus lieu avant septembre 2020. 

Les écoles resteront fermées pour le reste de l’année scolaire. Des discussions sont toutefois en cours en ce qui concerne la reprise des cours d’été dans les universités. 

Brian Pallister conseille à la population de faire preuve de jugement au moment d'inviter des personnes à la maison. 

S'il des personnes fragiles sont à la maison, ce n’est pas le moment de prendre des risques non nécessaires.

Brian Pallister, premier ministre du Manitoba

Le gouvernement travaille avec les garderies pour qu’elles puissent accueillir plus d’enfants, tout en se limitant à 16 places. Pour le moment, entre une et cinq places sont disponibles.

J’espère qu’il y aura un besoin dans les garderies. Cela voudra dire que les gens sont prêts à retourner travailler, dit Brian Pallister.

Retourner travailler coûte que coûte

Les petites entreprises ne seront pas forcées de rouvrir, la décision étant à la discrétion des propriétaires, dit Brian Pallister.

Ce sont des relâchements des restrictions, pas des directives, ajoute de son côté le médecin hygiéniste en chef de la province, Brent Roussin. N’importe quelle entreprise peut décider si elle peut respecter les mesures et s’il est sécuritaire de rouvrir.

Si les centres commerciaux ouvrent, la distanciation physique devra être respectée ainsi que la limite de capacité de 50 %, ajoute-t-il.

Le premier ministre incite toutefois les personnes qui ont perdu leur emploi à retourner travailler si leur employeur les rappelle, malgré leurs craintes. Les petites entreprises ont besoin d’employés pour pouvoir rouvrir, souligne-t-il.

Nous sommes en train de nous battre contre un programme fédéral qui paye les gens pour ne pas travailler, ajoute-t-il.

J'invite les personnes vivant au Manitoba appelées à revenir travailler plutôt que de rester chez elles en obtenant de l’aide des différents ordres de gouvernement.

Brian Pallister, premier ministre du Manitoba

Si cette décision d’ouvrir l’économie a été adoptée, c’est parce que la courbe a été aplatie dans la province, et que toutes les précautions seront prises pour la sécurité de la population, assure le premier ministre.

Les personnes qui ressentent des symptômes devraient demander à passer un test, rappelle toutefois Brian Pallister.

L'évolution de la COVID-19 d'heure en heure

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !