•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

200 militaires de Valcartier en renfort dans les CHSLD de Montréal

Des militaires des Forces armées canadiennes, la plupart portant un masque.

Les forces armées Canadiennes ont reçu une formation de la Croix-Rouge au collège Ahuntsic.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Environ 200 militaires de Valcartier sont déployés mercredi dans la grande région de Montréal pour prêter main-forte dans les CHSLD gravement touchés par la COVID-19.

Deux premiers groupes d'une cinquantaine de militaires chacun ont pris la route tôt ce matin à destination du Manège militaire de Laval, où ils seront hébergés. Un autre groupe plus nombreux suivra plus tard aujourd’hui.

Peu avant son départ, à 9 h, le caporal Michaël Carrier-Collet admettait avoir été un peu surpris de sa nouvelle assignation. Mais il est maintenant prêt.

Ce n’est pas à quoi on a été formés, ça, c’est sûr et certain. Mais on est habitués de faire des trucs pour lesquels on n’est pas formés, et puis on s’adapte et on le fait du mieux qu’on peut, a-t-il expliqué.

« On se sent prêts. On a quand même été bien préparés, donc ça va bien aller. »

— Une citation de  Michaël Carrier-Collet, caporal
Plan large de militaires portant des masques devant des bacs de recyclage.

Des militaires déployés dans au CHSLD Villa Val des Arbres, à Laval.

Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

Quand l'ennemi est invisible...

Au fil de sa carrière, le caporal Carrier-Collet a participé à des missions en Irak pour rétablir la paix et au Québec pour lutter contre les inondations.

Cette fois, la mission sera bien différente, avec un ennemi invisible et un peu partout.

On a eu des formations sur Internet [pendant le confinement à la maison]. Puis, depuis deux jours, on a des formations sur la base [de Valcartier] avec des techniciens médicaux des Forces armées canadiennes qui nous guident à travers tout ça.

« On va s’adapter. Avec l’équipement de protection individuelle, on est quand même assez confiant. On va suivre les directives : pas de mains aux visages, et cetera. »

— Une citation de  Michaël Carrier-Collet, caporal

Sarah Fillion affirme qu’elle va pour sa part travailler avec les préposés aux bénéficiaires dans une résidence pour personnes âgées à Saint-Laurent. Elle a l’intention de mettre en pratique ce qu’elle a appris au cours des derniers jours.

On a appris à déplacer des patients, comment les lever, les soulever, les nourrir, souligne-t-elle. C’est sûr qu’il y a un petit stress, ce n’est pas quelque chose que je fais tous les jours.

Des militaires, en uniformes, se tiennent en rang.

Le reportage de Vincent Maisonneuve

Photo : Radio-Canada

Un autre déploiement?

Selon nos informations, 200 militaires supplémentaires pourraient être déployés à partir de la base de Valcartier au cours des prochains jours.

Pour le moment, les foyers d’éclosion dans la région de la Capitale-Nationale, notamment l’hôpital Jeffery Hale et la résidence Les Jardins d’Évangéline, ne font pas l'objet d'une intervention des militaires.

Tous les militaires possèdent par ailleurs une formation de base en premiers soins.

Avec les informations de Marie Maude Pontbriand

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !