•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : YouTube renforce la promotion des vidéos de vérification de faits

Le logo de YouTube est affiché sur un téléphone intelligent posé sur une surface en bois.

Des vidéos de vérification de faits apparaîtront désormais en cas de recherche sur un thème qui a fait l'objet de démythifications

Photo : Getty Images / pressureUA

Agence France-Presse

La plateforme renforce ses mesures de lutte contre la désinformation avec des panneaux informatifs comportant de la réfutation de rumeurs et d'autres informations douteuses, alors que la crise du coronavirus continue de charrier théories du complot et faux remèdes sur Internet.

Ces panneaux, déjà en place en Inde et au Brésil depuis l'année dernière, vont désormais être déployés aux États-Unis, a annoncé YouTube dans un communiqué publié mardi.

La pandémie de COVID-19 a réaffirmé l'importance pour les internautes d'obtenir des informations justes, explique YouTube.

Les vidéos de vérification de faits apparaîtront en cas de recherche sur un thème qui a fait l'objet de démythifications par des organes de presse. Elles devront être affiliées à l'International Fact-Checking Network (IFCN), l'organisation qui fait référence en la matière.

YouTube a déjà mis en place en mars une section d'informations sur la crise sanitaire pour promouvoir des contenus qui font autorité. Google a aussi récemment annoncé un don de 1 million de dollars à l'IFCN.

Les géants numériques en lutte contre la désinformation

Tous les grands réseaux sociaux se mobilisent pour enrayer la propagation de fausses rumeurs et publicités mensongères, et mettre en avant les consignes des organisations de santé et gouvernements.

Facebook a ainsi annoncé le 16 avril dernier que des centaines de milliers de contenus liés au coronavirus qui pourraient représenter un danger imminent pour la santé avaient été supprimés.

Le réseau social, qui avertit les internautes lorsqu'ils et elles consultent de fausses informations, indique avoir déjà redirigé près de 2 milliards de personnes, soit la quasi-totalité de ses membres, vers des informations émanant des autorités de santé publique, à travers son centre d'information COVID-19, disponible sur chaque fil d'actualité.

Twitter s'attaque quant à lui aux publications douteuses en les cachant à tout le monde, sauf aux gens qui les mettent en ligne. Ces derniers reçoivent alors un courriel expliquant la situation, les invitant à supprimer leur tweet, sans quoi ils ne pourront plus publier de gazouillis.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !