•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le déconfinement régional n’est pas une option envisagée en Ontario

Le centre-ville de Kenora.

Malgré le nombre peu élevé de cas dans le Nord ontarien, notamment dans région de Kenora, le gouvernement ne compte pas « rouvrir » certaines régions avant d'autres. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Pierre-Mathieu Tremblay

Des experts en santé publique et des politiciens ne croient pas que le déconfinement du Nord de l’Ontario avant les autres régions de la province soit une bonne idée. Ils prônent la prudence et une approche uniforme.

Le plan de déconfinement du gouvernement ontarien présenté lundi ne prévoit pas de relâchement des mesures sanitaires dans le Nord avant le reste de la province, malgré le faible pourcentage de cas qu'on y recense.

La région compte environ 1,5 % des cas de la province et près de 80 % des personnes déclarées positives à la COVID-19 dans le Nord ontarien sont guéries.

Nous avons affaire à presque deux mondes différents, a déclaré le premier ministre Doug Ford lors d’un point de presse vendredi dernier, lorsque le journaliste de CBC Mike Crawley lui a demandé si le Nord pourrait relancer son économie avant le Sud.

Vous avez les zones urbaines et les zones rurales. Mais nous sommes tous liés. Le problème avec cela, et je suis en fait d’accord avec ce que vous dites, c’est que nous ne pouvons pas prendre le risque que quelqu’un de Toronto aille dans le Nord.

Doug Ford, premier ministre de l'Ontario.

Le ministre des Finances, Rod Philips, a également souligné que la principale inquiétude advenant une réouverture régionale serait la circulation des personnes.

Il est peut-être trop tôt pour discuter l’assouplissement des mesures d’urgence dans notre région, écrit Chantal Riopel, infirmière en chef du Bureau de santé Porcupine (BSP).

Actuellement, nous avons moins de cas que les régions du sud de la province, admet-elle, mais nous en avons plus que les autres régions du Nord-Est.

La région couverte par le BSP, qui s’étend de Hornepayne à Matheson en passant par Hearst, Kapuskasing, Cochrane et Timmins, recense 59 cas, deux de plus que dans le Grand Sudbury et les environs.

Notre dossier : La COVID-19 en Ontario

De plus, nous sommes à une étape différente de la pandémie comparativement à la province, ajoute Mme Riopel. Il faut continuer la surveillance pour déterminer où nous sommes sur la courbe.

Nous espérons que l’augmentation du nombre de tests de dépistage nous permettra de mieux comprendre la situation ainsi que de mesurer l’efficacité des mesures de santé publique mises en place dans nos communautés.

Chantal Riopel, infirmière en chef du Bureau de santé Porcupine

Le médecin hygiéniste du Bureau de santé du Nord-Ouest, Ian Gemmill, abonde dans le même sens que Mme Riopel, même si les districts de Kenora et de Rainy River ne comptent que 15 cas, tous guéris sauf un.

Je serais très inquiet, à cette étape, si on allait de l’avant avec un plan différent pour le Nord, affirme-t-il. On pourrait découvrir qu’il y a de la transmission communautaire.

Il y a deux possibilités, explique le Dr Gemmill. Soit les mesures mises en place dans le Nord ont été si efficaces qu’elles ont bloqué une vague de cas, ce que j’espère être vrai. L’autre possibilité est que cela a seulement été retardé.

Je crois que ce serait mieux si toutes les régions suivent les recommandations de la province.

Dr Ian Gemmill, médecin hygiéniste du Bureau de santé du Nord-Ouest

Je ne voudrais pas qu’on soit la seule région avec des éclosions de la maladie alors que le reste de la province revient vers la normale, conclut le médecin hygiéniste.

Une décision difficile

Le maire de Hearst, Roger Sigouin, est d’avis que les mesures de confinement pourraient être allégées dans le Nord en premier, mais ajoute qu’il respecte la position de la province. Il faut que les gens comprennent que les décisions ont été pensées et analysées.

Je crois qu’il faut être prudent.

Roger Sigouin, maire de Hearst

Selon lui, la décision de maintenir le confinement dans le Nord est une décision difficile. Il n’envie pas la position du premier ministre, qui fait face à beaucoup de pression. On a tous les regards sur chaque décision qu’on prend.

Pour sa part, le maire de Timmins, George Pirie, a simplement affirmé en conférence de presse que son opinion sur le déconfinement régional était sans importance et que la Ville écoutera les consignes de la province.

Il s’agit d’avoir la situation sous contrôle et de réduire le nombre [de cas].

Avec les informations de Jean-Loup Doudard

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nord de l'Ontario

Politique provinciale